12 personnes hospitalisées après avoir reçu des injections de cellules souches issues de sang de cordon



12 personnes de trois états américains : sept au Texas, quatre en Floride et un en Arizona, ont développé des infections et ont été hospitalisées après avoir reçu des injections supposées contenir des cellules souches de sang de cordon. C’est ce qu’a expliqué la Food and Drug administration (FDA) qui a publié ses avertissements à la compagnie Genetech, fournisseur du produit qui a été délivré. 

 

Les patients ont reçu des traitements pour des douleurs aux genoux, aux épaules et du dos, liées à de l’arthrite ou à des blessures. Un patient a passé 58 jours à l'hôpital avec une infection sanguine, un abcès et d'autres problèmes à la colonne vertébrale. Un autre, avec un genou infecté, a été hospitalisé pendant 30 jours. Le séjour le plus court a été de quatre jours. Des tests vont être effectués sur des doses hermétiques de produit pour détecter la présence ou non de ce même type de microbe.

 

La FDA a expliqué mardi qu’elle avait écrit à vingt autres cliniques qui proposent des traitements qui n’ont pas été approuvés, encourageant les établissements à la contacter avant novembre 2020. Le nom des cliniques n’a pas été publié, la FDA a cependant annoncé qu’elle allait multiplier ses contrôles.

Ces dernières années, des centaines de cliniques ont été ouvertes dans le pays, offrant des traitements supposés contenir des cellules souches de cordon ombilical pour traiter une grande variété de maladies dont l’arthrose, des maladies oculaires, la maladie de Parkinson et des problèmes pulmonaires. Ces traitements sont censés avoir des propriétés curatives, mais il n’existe aucune preuve de leur efficacité et de leur sécurité. Certaines cliniques indiquent que leurs traitements ne contiennent pas de médicaments et elles estiment pouvoir se passer de l’approbation de la FDA.

En mai déjà, la FDA avait envoyé des injonctions à deux cliniques après que trois patients aient perdu la vue après avoir reçu l’injection de celles souches dans les yeux ; elle avait alerté le public sur l’utilisation de ces traitements.

 

Pour aller plus loin :


Sources: 

New York Times, Denise Grady (20/12/2018)

CNN, Jen Christensen (20/12/2018)