19 millions de dollars pour des contraceptifs destinés aux pays en voie de développement



La Fondation Melinda-et-Bill-Gates a choisi de financer à hauteur de 19 millions de dollars sur quatre ans le laboratoire MedinCell pour l’élaboration d’un contraceptif destiné aux femmes des pays en voie de développement.

 

Sous forme d’injection sous-cutanée, le contraceptif devra être : « efficace pendant six mois, entièrement biodégradable, facilement utilisable, voire auto-injectable, et se conserver dans tous les pays du monde, même chauds où la chaîne du froid n'est ni assurée ni contrôlée, comme en Afrique ». Le cahier des charge prévoit que son coût de revient soit réduit pour être accessible au plus grand nombre.

 

Le laboratoire, implanté à Montpellier, en conservera les droits commerciaux dans le monde et notamment aux Etats-Unis où ce marché pèse 5 milliards de dollars.

 

La sortie du médicament est annoncée pour dans 4 ans.

 

Pour aller plus loin :

L’organisation Family Planning 2020 impose la contraception en Afrique

Promouvoir la contraception en Afrique pour aider les familles à être "plus riches" ?

FP2020 : un programme mondial à haut risque pour généraliser la contraception

La fondation Bill Gates poursuit son engagement dans les technologies contraceptives

Distribution à grande échelle d’un nouveau contraceptif dans les pays pauvres


Sources: 

Les Echos, Chantale Houzelle (28.11.2019)