24 ans après, une famille découvre qu’une clinique de fertilité a utilisé le sperme d’un étranger pour concevoir leur enfant, ils l’attaquent en justice



Une famille de l’Ohio aux Etats-Unis a annoncé mercredi 7 août poursuivre en justice une clinique de fertilité, pour avoir utilisé le sperme d’un autre homme lors de la FIV réalisée en 1994. 

 

La famille Cartellone a appris cette année que Joseph n’est pas le père biologique de sa fille Rebecca, 24 ans. Ils expliquent avoir fait la découverte après que Rebecca leur a offert, pour Noël dernier, un kit ADN maison via Ancestry.com. Quand ils ont reçu les résultats fin janvier, ils ont immédiatement remarqué que quelque chose n’allait pas : « Il n’y avait aucune trace d’ADN italien dans [les résultats de Rebecca. […] Et son ADN correspond étroitement à celui de ma femme ». Un test de paternité réalisé par la suite a confirmé qu’il n’est pas le père biologique. 

 

« Mon incrédulité s’est rapidement changée en choc et après en colère. » Joseph Cartellone a déclaré vouloir attaquer en justice le Christ Hospital pour violation du contrat, négligence et rupture d’une promesse légalement contraignante. Il demande des compensations pour dommages et intérêts et demande à la clinique de fournir l’identité et l’histoire médicale du père biologique de Rebecca. 

 

Cette situation est « extrêmement difficile » pour la famille. Selon Joseph Cartellone, Rebecca traverse « une profonde détresse émotionnelle, et une confusion concernant sa propre identité ». Elle se demande qui est son père, si elle a des frères et sœurs, et qui sont ses autres grands parents. Jennifer Cartellone, la mère de Rebecca, est aussi en état de choc : « Elle doit gérer le fait que cette clinique a fertilisé ses ovocytes avec le sperme d’un étranger et l’a placé dans son corps ». Elle n’aurait sûrement pas consenti à concevoir un embryon fertilisé par un étranger. « Elle est profondément déçu par le fait qu’elle ne pourra pas donner vie à un enfant qui a nos deux génomes. » Joseph Cartellone ne sait pas si son sperme a été utilisé pour créer un embryon avec l’ovocyte d’une autre femme. Il veut savoir ce qui s’est passé : « Pour l’instant nous n’avons aucune idée ». 

 

Selon les avocats, cette attaque en justice vise également à susciter un changement dans l’industrie de la fertilité : « Pourquoi personne n’a rien fait jusqu’à présent ? Nous parlons de la création de la vie (…). Nous souhaitons faire tout ce qui est possible pour être sûr que cela n’arrive pas de nouveau pour personne d’autre ». Le mari veut également faire prendre conscience à d’autres couples de la réalité des industries de la fertilité : « Je les encourage vivement à avoir les yeux biens ouverts et à comprendre que c’est une industrie qui a beaucoup de problèmes et qui fait des erreurs, certaines sont même intentionnelles ».


Sources: 

CNN (09/08/2019) - Decades ago an Ohio couple used IVF to have a baby, but a new DNA test showed another man is the girl's father

ABC News (07/08/2019) - Ohio family sues fertility clinic claiming daughter has different father after mother's embryo allegedly fertilized with sperm of a stranger