610 000 décès en 2018 : le niveau le plus élevé depuis la fin de la seconde guerre mondiale


Avec 610 000 personnes décédées en France en 2018, soit 3000 de plus qu’en 2017 et 16 000 de plus qu’en 2019, le nombre atteint « le niveau le plus élevé depuis la fin de la seconde guerre mondiale ».

 

En cause selon l’INSEE[1] qui vient de publier ces chiffres, une augmentation mécanique « depuis le début des années 2010, du fait de l’arrivée des générations nombreuses du baby boom (nées entre 1946 et 1974) à des âges de forte mortalité », ainsi qu’une épidémie de grippe « précoce et très longue ».

 

Sur cette année 2018, « seuls 24 % des décès ont lieu à domicile. Un peu plus de la moitié des décès (53 %) ont lieu dans un hôpital ou une clinique ». Les décès qui sont intervenus dans une maison de retraite, représentent 13 % des cas, 1 % dans des lieux ou voies publics. Le lieu de décès n’est pas précisé dans « 9 % des bulletins de décès ».

 

Combien de personnes sont-elles décédés des suites d’une sédation profonde et continue jusqu’au décès ? L’article de l’Institut ne le précise pas.