Au programme du CCNE : PMA, CRISPR et révision des lois de bioéthique



Le président du CCNE, Jean-François Delfraissy, annonce un avis du comité sur l’édition du génome « fin 2017 », après la publication de l’avis très attendu sur la PMA. Un groupe de travail dédié à l’édition du génome « observe » pour l’heure « les positions qui se manifestent », notamment le rapport récent des Académies américaines qui « n’est pas un avis unanime » (cf. CRISPR : le comité d’éthique international capitule) et l’avis de l’Inserm publié l’année dernière (cf. CRISPR : A l’Inserm, la « prudence » est de mise… temporairement ). « Il faut se garder des engouements qui exagèrent souvent les choses », déclare Jean-François Delfraissy ; CRISPR-Cas9 « par exemple, pose des problèmes et n’est pas si facile à mettre en œuvre de manière sûre ; on fait croire qu’elles sont à la portée de tous… »

 

Par ailleurs, le CCNE se prépare à « amorcer la révision des lois de bioéthique en 2018 », qui sera « précédée par des états généraux citoyens de la bioéthique ». Pour cela, Jean-François Delfraissy « souhaite s’appuyer sur les espaces éthiques régionaux », « établir de véritables partenariats pour recueillir des points de vue, des expériences, des positions ». Il désire « saisir la diversité des histoires régionales », car selon lui « l’éthique c’est évolutif, c’est un ajustement qui doit se faire au plus près des réalités vécues » (cf. Le CCNE s’active sous l’impulsion de son nouveau président. Pour le meilleur ou pour le pire ?). 


Sources: 

UP-Magazine, Dorothé Browaeys (1/03/2017)

Photo: Pixabay / DR