Aux Philippines, deux femmes, embauchées pour être mères porteuses en Chine, sont arrêtées alors qu'elles s'apprêtent à quitter le pays



Le Bureau de l’immigration a annoncé avoir arrêté deux femmes louées pour devenir des mères porteuses en Chine qui s’apprêtait à quitter les Philippines.

 

Dans son communiqué, le Bureau de l’immigration explique que ces anciennes employées philippines à l’étranger, Ria, 32 ans et Ellie, 28 ans, ont avoué avoir été recrutées pour être mères porteuses pour chacune 300 000 pesos philippins. Les deux femmes, qui avaient  toutes deux besoin d’argent pour leur famille, ont été approchées par le biais d’un site web qui propose des GPA commerciales.

 

Le chef de la division des opérations du port de Bureau de l’Immigration, Grifton Medina, a expliqué les avoir interceptées car les contrats de maternité de substitution « exploitent les femmes dont l'utérus est traité comme une marchandise pour répondre aux besoins reproductifs des personnes riches qui ne peuvent pas avoir d'enfant » et, a-t-il ajouté, « nous ne voulons pas que les Philippines soient le prochain centre névralgique pour ce secteur. Il exploite la vulnérabilité de nos femmes qui, pour sortir de la pauvreté et du désespoir, acceptent de tels arrangements ».

 

En 2017, le Bureau de l’Immigration avait également empêché quatre femmes recrutées au Cambodge pour devenir mères porteuses en échange 500 000 pesos philippins.