Avortements tardifs en cas de viol : l’Inde fait face à des demandes en hausse



En Inde, une fillette âgée de 10 ans et enceinte de plus de 20 semaines suite à des viols répétés réclamait la possibilité d’avorter. Les médecins qui se sont prononcés « ont décidé de pratiquer l’IVG », rapporte l’AFP. Dans ce pays, la loi autorise l’avortement jusqu’à  20 semaines. Depuis quelques mois, « un certain nombre de femmes » ont présenté une demande similaire à la justice, car l’Inde « a un triste bilan en matière de viols ».


Sources: 

AFP (17/05/2017)