Bibliographie de la bioéthique

Attendre et espérer

Olivier Mathonat PMA-GPA
Emmanuel : https://www.editions-emmanuel.com/catalogue/attendre-et-esperer/
Juin 2019
175 pages
Un témoignage délicat sur le parcours psychologique et spirituel d’un couple sans enfants. Ni larmoyant ni impudique, ce livre écrit par Olivier Mathonat nous retrace l’histoire de son couple depuis son mariage face à l’épreuve de l’infertilité.  Il nous offre une réflexion profonde sur le passage d’une vie subie, pleine de douleur, à une vie où les choix posés sont librement consentis : le couple, bien qu’infertile, se révèle fécond. Un magnifique témoignage d’espérance, qui peut être utile non seulement aux couples confrontés à l’infertilité mais aussi à leur entourage et plus largement à chacun d’entre nous.  

Le débat confisqué

Christian Flavigny PMA-GPA
Editions Salvator : http://www.editions-salvator.com/A-27016-le-debat-confisque.aspx
Juin 2019
184 pages
Du bon sens en psychiatrie. Voici un psychiatre qui nous administre une leçon de bon sens, tout en conservant sa démarche de médecin spécialisé. C’est en tant que praticien en effet qu’il réagit face à cette ébullition de désirs dictatoriaux  instrumentalisés juridiquement qui tend à nous imposer, sous peine de passer pour des ringards, réactionnaires, homophobes et autres joyeusetés, de mirifiques nouveautés « sociétales ». Pour les unes, il s’agit de susciter l’apparition d’orphelins de père avec la PMA, préludant infailliblement à celle d’orphelins de mère nés d’un trafic d’utérus avec la GPA, grâce aux autres, nous voyons se profiler dès à présent des êtres au sexe incertain et oscillant,- mais librement choisi !- avec les études de genre, le tout dans une ambiance délétère d’agressivité et de dénonciation.   En bon disciple de Freud, notre auteur soutient que la dissolution de l’image du père et de toute la symbolique qui lui est attachée, crée les conditions d’ouverture de la guerre « fratricide » des sexes, laquelle a déjà commencé avec les mouvements féministes qui se déploient actuellement (balance ton porc, Metoo, etc). C’est toute la cohérence du tissu social qui est menacée, comme nous le démontre pertinemment Christian Flavigny, notamment en dénonçant le rôle pervers d’un certain juridisme ayant pour fonction de démontrer n’importe quoi.   L’une des remarques les plus intéressantes de ce petit livre qui en contient beaucoup : notre droit est de plus en plus influencé par le droit anglo-saxon, à cette différence près qu’en France la laïcité interdit toute référence religieuse, ce qui achève de le dessécher.   Cet ouvrage a le mérite de prendre un recul salutaire par rapport à l’étouffant conformisme intellectuel de notre époque.

Gestation pour Autrui - Manuel pour les jeunes

Fondation Jérôme Lejeune PMA-GPA
Fondation Lejeune : https://www.fondationlejeune.org/nouveau-manuel-gpa-commandez-le-gratuitement/
Septembre 2018
96 pages
Autour des débats sur « PMA pour toutes » qui se tiennent dans le cadre de la révision de la loi de bioéthique, la GPA s’immisce dans le débat public. On parle d’une « GPA éthique », on évoque une pratique solidaire qui pallierait l’infertilité médicale de certains couples.   Si l’on en croit les sondages, le rapport de la société française à la GPA serait en train d’« évoluer ». Pour comprendre les enjeux, sortir du slogan, appréhender l’impact de cette pratique sur les enfants et la société à venir, la Fondation Lejeune vient de publier un nouveau manuel consacré à cette question.   Après le manuel bioéthique des jeunes (500 000 exemplaires diffusés en France) et ceux sur l’euthanasie, la PMA et la théorie du genre en SVT, ce nouveau manuel de la Fondation Jérôme Lejeune ouvre au fil des pages sur la recomposition du monde que modèle la GPA sur tous les plans : familial, médical, sociétal, juridique, éthique.   Il s’adresse aux jeunes et aux éducateurs, formateurs, professeurs, parents et professionnels de la santé. Cet ouvrage illustré est assorti de citations et de témoignages.   Il est possible de se le procurer en ligne : recevoir gratuitement le manuel GPA par la poste. Bonne lecture !

La PMA : un enjeu de société. Va-t-on enfin prendre les droits de l'enfant au sérieux ?

Aude Mirkovic PMA-GPA
Artège : https://www.editionsartege.fr/livre/fiche/la-pma-un-enjeu-de-societe-97910336068...
Mars 2018
176 pages
La PMA pour les femmes célibataires et les couples de femmes est l'une des mesures phare de la révision de la loi de bioéthique de 2011, et l'attente du public en la matière est forte. Mais, au moment d'envisager cette PMA non thérapeutique, la société doit choisir : jusqu'où voulons-nous aller avec ces techniques de procréation artificielle ? La PMA doit-elle demeurer une mesure d'exception, destinée à compenser un problème médical, ou devenir un mode habituel de procréation entraînant la société vers une nouveauté anthropologique, selon les termes du Comité consultatif national d'éthique ? Les Français qui se disent favorables à la PMA pour les couples de femmes et pour les femmes célibataires seraient-ils du même avis si la question leur était posée du point de vue de l'enfant : « pensez-vous que la loi doive organiser la conception d'enfants privés, délibérément et légalement, de père ? » Ce qui se joue désormais n'est pas seulement la PMA pour les femmes, mais un bouleversement majeur de la société qui ne saurait en rester aux cas individuels et à l'émotion qui s'en dégage. Il est urgent de mesurer ce que signifie exactement la PMA pour les femmes, pour en saisir les enjeux et prendre nos décisions en connaissance de cause. C'est le propos de ce livre.

Un cri secret d'enfant d'Anne Schaub

Anne Schaub PMA-GPA
Les acteurs du savoir : http://lesacteursdusavoir.fr/Un-cri-secret-d-enfant/Un-cri-secret.html
Octobre 2017
310 pages
Un cri secret d’enfant. Anne Schaub dénonce les risques de graves conséquences de la GPA sur la construction identitaire et comportementale de la personne dans un livre poignant.   GPA : « On ne peut pas remplacer une souffrance d’adulte par une souffrance d’enfant »

Bébés à la carte

Jean-François Bouvet PMA-GPA
Equateurs/Sciences : http://editionsdesequateurs.fr/enLibrairie/oo/BebesALaCarte
Août 2017
168 pages
Agrégé en sciences naturelles et docteur d’Etat ès sciences (neurobiologie), Jean-François Bouvet fait une analyse décapante des conséquences de la FIV (Fécondation In Vitro). Croisée avec les révolutions technologiques que sont le séquençage du génome humain et les « ciseaux moléculaires » ou CRISPR/Cas9, la FIV entraîne la sélection des individus et la modification de leur patrimoine génétique. C’est le Big Bang de la procréation ! Sans la FIV, l’utérus artificiel est peu envisageable, pas de GPA avec mère porteuse et « parents intentionnels » de sexe différent ou de même sexe, pas, en France, l’équivalent de la population de Rennes en embryons congelés, pas de vitrification d’ovocytes qui met sur « pause » l’horloge biologique féminine…   Côté PMA (Procréation Médicalement Assistée), aujourd’hui, on peut choisir son donneur de sperme (ou sa donneuse d’ovocytes) sur un site web, commander d’un clic avec paiement en ligne et recevoir le sperme congelé dans une boite isotherme, livré par DHL prêt à l’emploi ! C’est un marché mondial très concurrentiel et très lucratif. Où les femmes sont des « clientes », non des « patientes » ! En France, le don de gamètes est anonyme et gratuit.   On est sur la pente glissante : la FIV entraîne le DPI (Diagnostic Pré Implantatoire), que l'auteur semble justifier pour mieux souligner son caractère délétère, puis la sélection des meilleurs embryons à transférer dans l’utérus de la future mère. On peut aussi concevoir par FIV des « bébés médicaments », donneurs sains et compatibles pour leurs frères ou sœurs malades. Pour certains chercheurs, notamment en Chine, l’avenir est dans le tri précoce des embryons, pour ne garder que les plus performants. « Le meilleur des mondes » d’Aldous Huxley, pour eux, c’est « le monde des meilleurs » ! Et malgré la Convention européenne d’Oviedo (4 avril 1997), qui définit les limites à ne pas franchir en matière de modification du génome humain, un usage incontrôlé des manipulations génétiques est déjà en cours. Grâce aux « cellules souches pluripotentes » (cellules IPS), deux femmes auraient la possibilité de faire un bébé toutes seules, sans le sperme d’un homme, mais ce ne pourrait être qu’une fille ! Et les hommes pourraient être un jour à l’origine, non seulement de spermatozoïdes, mais aussi d’ovocytes !   Quant à la GPA (Gestation Pour Autrui), c’est un business prospère à part entière, qui exploite souvent les femmes les plus démunies, et va du low cost au premium ! La GPA peut porter à cinq les partenaires impliqués : donneuse d’ovocytes, donneur de sperme, gestatrice et couple d’intention - soit cinq « parents » différents pour un seul enfant !-… et même six, avec la fourniture, par une femme, autre que les géniteurs, de mitochondries ! C’est la dernière étape de la dissociation entre sexualité et reproduction, commencée avec la pilule contraceptive. Où la rupture du lien biologique entre mère et enfant a des conséquences durables. Et où on assiste à une marchandisation de l’enfant. Or « personne n’a droit à un enfant » ! La GPA est encore interdite en France, mais jusqu’à quand ? Quant à l’utérus artificiel, il ne relève plus entièrement de la science-fiction. Et la liberté qu’il serait censé procurer viserait à la disparition de la différence des sexes.   « En matière de reproduction humaine, ce qui est techniquement possible est en passe d’être réalisé » ! Tel le clonage potentiel d’humains. Il y a mondialisation des compétences sans universalité des valeurs ! L’artificialisation de la reproduction humaine est en marche. L’eugénisme se précise de plus en plus. Et en fait de « meilleur des mondes », c’est le pire des mondes qui se prépare.

Pages