Bibliographie de la bioéthique

Leurre et malheur du transhumanisme

Olivier Rey Transhumanisme
Desclée de Brouwer : https://www.editionsddb.fr/livre/fiche/leurre-et-malheur-du-transhumanisme-97822...
Novembre 2018
196 pages
Si c'est au nom d'un futur toujours meilleur que le monde a été transformé en un chantier permanent, nous sommes arrivés au stade où le rapport entre les bénéfices du développement et ses nuisances s'avère de plus en plus défavorable. La perte de confiance dans le progrès doit alors être compensée par une inflation de ce qu'il est censé apporter : plus le monde va mal et menace de s'écrouler, plus il faut abreuver les populations de promesses exorbitantes.   Tel est le rôle du Transhumanisme - et peu importe que ce qu'il annonce ne soit pas destiné à se réaliser. Lui accorder trop d’importance, c’est se laisser captiver par un leurre. Faudrait-il refuser d’y prêter attention ? Cela n’est pas si simple. Le transhumanisme nous trompe parce qu’il joue en nous sur des ressorts puissants. Se donner une chance de désamorcer la fascination qu’il exerce et le malheur qu’il propage, réclame de mettre au jour ce qui nous rend si vulnérables à ses illusions.   Pour lire l’interview de l’auteur : Olivier Rey : « L’artificialisation de la procréation et le transhumanisme sont en ‘synergie’ »

Louis et le bonheur pour tous

Christine Voegel-Turenne Transhumanisme
Téqui : http://www.librairietequi.com/A-64876-louis-et-le-bonheur-pour-tous.aspx
Octobre 2018
251 pages
Ce roman d’aventures ouvre les yeux du lecteur sur le monde dans lequel nous sommes en train de glisser : un monde individualiste où les désirs des « sujets » sont assouvis sans délai, où le moindre stress est éliminé par cure dans un Centre de bonheur pour tous, et toute angoisse durable épargnée grâce aux services d’euthanasie. Un univers où le tuteur électronique de chaque individu concentre toutes les capacités des objets connectés pour lui épargner de penser. Une société où chaque sujet se doit d’être un « froeur » universel, « non pas proche de son voisin mais d’une communauté désincarnée aux contours vagues ». Christine Voegel-Turenne éclaire ses lecteurs sur les conséquences de nos choix actuels face aux biotechnologies. Une lecture indispensable en cette année de révision de la loi de bioéthique !   Louis et le bonheur pour tous est la suite de Louis et la fabrique d'un autre genre; ils peuvent cependant se lire indépendamment.  

Au péril de l'Humain

Jacques Testart Transhumanisme
Seuil : http://www.seuil.com/ouvrage/au-peril-de-l-humain-jacques-testart/9782021342994
Mars 2018
272 pages
« A partir de quel seuil un organe est-il augmenté ou seulement réparé ? A partir de combien de prothèses doit-on considérer qu’un homme n’est plus tout à fait « naturel » ? » « Qu’en sera-t-il de nos identités ? Comment parviendrons-nous à maintenir le sens de notre humanité ? » Dans son livre, Au péril de l’humain, Jacques Testart, biologiste et le père scientifique du premier bébé-éprouvette, évoque les nouveaux enjeux du transhumanisme.   La création d’un homme nouveau, un « cyborg », composé à moitié de chair et à moitié de matériaux, libéré des contingences humaines, n’est plus une utopie. Les récentes et exponentielles découvertes sont là qui l’atteste : opérations de la rétine, greffes d’implants, embryons modifiés, transfusions de sang jeune, exosquelettes, etc.. Jacques Testart explique en quoi cette révolution, issue d’un programme idéologique planifié qui attire un important marché d’investisseurs de Google à Airbus, pourrait créer un fossé entre des sociétés dites « évoluées », composées d’êtres humains « améliorés » ultra-performants, dotés d’implants leur permettant de multiples progrès : mémoire, vue, sens accrus,… dont le génome aura été modifié, et les autres humains qui auront refusé ces technologies. Ces-derniers seraient à la merci des premiers, dans un monde où la faiblesse est honnie au lieu d’être protégée. A ce tableau dévastateur pourrait s’ajouter le risque de dégâts sanitaires lié à « l’impuissance croissante des antibiotiques » et « à l’apparition de nouveaux germes et parasites à cause des changements climatiques ». Sans concessions, l’auteur invite à un sursaut car « sauf sursaut résolu et immédiat de l’humanité, tout cela risque de finir par un désastre anthropologique ».

Femme 2.0 - Féminisme et transhumanisme : quel avenir pour la femme ?

Laetitia Pouliquen Transhumanisme
http://saintlegerproductions.fr/Livres/Femme2.0/Femme2.0.html
Janvier 2017
176 pages
Femme 2.0 Féminisme et Transhumanisme : quel avenir pour la femme ?   « 2.0 » : cette formule branchée vient du « web 2.0 » ou web « collaboratif » qui, avec les réseaux sociaux, a démocratisé la liberté d’expression. Elle est employée à toutes les sauces. Notamment par les mouvements féministes. Pour eux, la « femme 2.0 » n’est plus seulement la mère de famille au foyer, mais une femme surdiplômée, au cœur de la vie sociale, économique et politique, pas seulement une femme connectée, mais une femme « actrice » qui a pris son destin en mains, face aux hommes.   Mais à quel prix est-elle devenue cette « surfemme » ! Souvent au prix de son identité féminine, à force de vouloir égaler l’homme en tous points, comme le montre Laetitia Pouliquen, mère de famille, femme d’affaires et chercheuse à la Harvard Business School. La « conquête » de l’égalité s’est faite, pour la femme, à travers trois « agendas politiques » entrelacés.   Tout d’abord l’agenda féministe, ou « Mon corps m’appartient » : pilule contraceptive (1956), dépénalisation de l’avortement (loi Veil, 1975), Procréation Médicalement Assistée (PMA), avec Fécondation in Vitro (FIV), Diagnostic préimplantatoire (DPI), Gestation pour Autrui (GPA) qui sous-traite la maternité… Bref, « un enfant si je veux, quand je veux », jusqu’à se libérer de la sexualité, s’affranchir de la fécondité et « désenfanter » l’humanité.     Le deuxième agenda politique (à partir de la Conférence de Pékin, 1995) est celui de l’idéologie du Gender, qui dissocie le corps du sexe, en niant les différences sexuelles qui seraient des constructions sociales. Le sexe ne dit plus rien de la personne : il y aurait un genre masculin, un genre féminin et un genre neutre, selon le désir de chacun. La théorie du Queer va plus loin encore, en refusant la distinction homme/femme.   Nouvelle étape de la déconstruction de l’être humain, elle fait partie intégrante du concept de transhumanisme et de posthumanisme, le troisième agenda politique. Lequel vise à faire accéder l’être humain à une condition quasi surhumaine, grâce aux technologies NBIC (Nano, Bio, Informatives, Cognitives). La femme 2.0 serait une sorte de Cyborg, une femme-machine, aussi performante qu’un ordinateur, mais sans âge, sans sexe… et sans âme. Elle n’a plus de fécondité naturelle, n’est plus mère, plus épouse, ne possède plus ni famille, ni rôle social spécifique à son identité féminine faite de don de soi. Finalement, est-elle encore une femme ?   « Le génie féminin est à l’œuvre dans le monde », affirment les philosophes Edith Stein et Luisa Muraro. C’est pourquoi il est urgent de reconstruire l’identité féminine en morceaux.

Golem

Pierre Assouline Transhumanisme
Gallimard : http://www.gallimard.fr/Catalogue/GALLIMARD/Blanche/Golem
Mars 2016
272 pages
« Il n’est pas indispensable d’être philosophe pour comprendre que le transhumanisme n’est pas un humanisme ». Dans son dernier Roman, Pierre Assouline raconte l’histoire d’un champion d’échec, accusé du meurtre de sa femme, qui découvre que son meilleur ami, un chirurgien fantasque et nerveux, a déposé à son insu, dans une partie saine de son cerveau, de petits implants qui vont décupler sa mémoire. Un plaidoyer pour l’humanité qui aborde les dangers de l’hybridation de l’homme à la machine, dénonçant les apprentis sorciers qui ignorent les conséquences psychologiques ou les répercussions simplement physique de ce nouvel esclavage. A l’issu d’un long voyage, le personnage principal de ce livre sera justifié et trouvera une vraie liberté.

Les premières victimes du transhumanisme

Jean-Marie Le Méné Transhumanisme
Pierre Guillaume de Roux
Février 2016
171 pages
Nous sommes entrés dans une période de marchandisation du vivant et une nouvelle étape va encore être franchie. Dans l'histoire, c'est un évènement sans précédent. Aujourd'hui, la quasi totalité d'une population, éliminée sur le critère de son génome imparfait, a disparu. L'extinction de cette partie de l'humanité est le fait d'un eugénisme efficace vendu par des marchands, acheté par l'Etat et mis en oeuvre par la médecine. Une redoutable machine à trier les humains arrive de la Silicon Valley sur le marché européen. Elle est précédée d'une clinquante caravane commerciale. De guerre lasse, j'étais prêt à entendre ceux qui me conseillaient de déposer les armes. Le faire aurait été une capitulation. A commander ici.

Pages