Bibliographie de la bioéthique

Leave blank for all. Otherwise, the first selected term will be the default instead of "Any".

La Famille, les droits de l'homme et la vie éternelle

L'Homme Nouveau : http://www.hommenouveau.fr/catalogue/livres/10LAFAMILLE/-la-famille--les-droits-...
Septembre 2015
91 pages
La révolution individualiste a bouleversé la société occidentale, fragilisant les familles et le mariage, et a transformé les droits de l'homme, miroir de notre conscience collective. Ceux-ci, proclamés après la Seconde Guerre mondiale comme une réaffirmation des droits naturels, promeuvent à présent des "droits antinaturels" (avortement, eugénisme, euthanasie...) Comment s'opère cette transormation, et comment l'Eglise peut-elle y répondre ?

Je suis Zélie, Une petite fille pas comme les autres

admin IVG-IMG
Editions Béatitudes : http://www.editions-beatitudes.fr
Septembre 2015
92 pages
L'histoire vraie d'un couple qui attend une petite fille trisomique dont l'avenir est incertain. L'auteur, d'une façon originale, se met à la place de la petite Zélie pour raconter la grossesse de sa Maman et tout ce que sa famille a vécu de douloureux et beau à la fois durant ce temps de vie particulier. Ce témoignage, empreint de sensibilité mais sans jamais tomber dans la sensiblerie, peut contribuer à aider à regarder le sens de toute vie comme un trésor.   Mariée et mère de famille, Armelle Boyer se lance ici pour la première fois dans l'écriture. Touchée par le témoignage de joie et d'espérance des parents de Zélie, elle leur a proposé de raconter pour eux ces moments forts de leur vie de famille autour d'elle.    

La tentation transhumaniste

Editions Salvator : http://www.editions-salvator.com/A-23598-la-tentation-transhumaniste.aspx
Mai 2015
158 pages
A travers cet ouvrage riche et précis, Franck Damour présente, raconte et analyse le transhumanisme, cette idéologie hautement technophile qui propose à l’humanité un projet et un horizon qui fascine autant qu’il terrifie puisqu’il s’agit de créer une nouvelle condition humaine au moyen des technologies.   Par elles, l’homme serait « libéré » de la vieillesse, de la maladie, de la mort, de la faiblesse, de ses « imperfections »… Par elles, il se rendrait toujours plus puissant et performant… Et en faisant l’amalgame entre la puissance de l’homme et une humanité qu’il invite à disparaître en vue de l’accomplir,  le transhumanisme, qui veut « augmenter » l’homme, offre sans doute, finalement, de le réduire.   D’où vient le transhumanisme ? Quelles sont ses racines culturelles, ses penseurs et ses acteurs ? Quels sont les concepts déployés par son argumentaire et les erreurs cachées ? Quels dangers renferme-t-il ? Qu’exprime-t-il de notre manière de percevoir et de vivre le monde d’aujourd’hui, de nos espoirs et de nos angoisses ?   Entre questions et réponses, l’auteur invite à une réflexion plus large. Quelle place et quel sens pour la vie humaine dans le monde, quel rapport de l’homme à sa propre liberté, à l’autre, à la technique, aux corps et à la nature, à la diversité et à l’imprévu, quels sont les horizons de la volonté humaine sur le plan individuel, collectif, social et politique ?… Tous ces thèmes existentiels prennent une vie et une saveur nouvelle grâce à ce que l’auteur appelle « l’heureuse erreur du transhumanisme ».   Car en exhibant tous les possibles, le transhumanisme « nous conduit à réapprendre à vivre en se posant les bonnes questions : non pas ‘est-ce que ça marche’ ? », mais « est-ce juste ? », « est-ce bon ? »   La réflexion de Franck Damour nous fait découvrir une utopie complexe, menaçante, bancale aussi, qu’il s’agit non pas d’éluder mais, au contraire, de prendre très au sérieux pour en déceler, avec la rigueur propre à la pensée, les impasses et les gouffres qui mettent en péril l’humanité qu’elle prétend « augmenter ».  

Pour la vie de mon fils

Plon : http://www.plon.fr/ouvrage/pour-la-vie-de-mon-fils/9782259243223
Mai 2015
169 pages
« Reims, 29 avril 2013. Le plus gros choc de ma vie. Je suis au chevet de mon fils. Mon fils, vous comprenez ? Je le vois mourir sous mes yeux. Vincent n'a rien mangé depuis vingt jours. Il est à peine hydraté. Il est là, devant moi, dans un lit d'hôpital à Reims, amaigri, affaibli, et il va mourir. Dans un jour ? Dans cinq jours ? Je ne sais pas... Mais il va mourir parce que quelqu'un l'a décidé. Un médecin lui a supprimé toute nourriture, presque toute hydratation, pour le mettre sur un chemin de "fin de vie". Je parle à Vincent, mais il ne peut pas me répondre : il est en "état de conscience minimale", comme le disent les spécialistes. Il peut ressentir des émotions, mais il est incapable de s'exprimer. Il me regarde, et il pleure. Des larmes coulent le long de ses joues. Il va mourir, il souffre, je le sais : je suis sa mère ! » Viviane Lambert   Pour en savoir plus sur le livre : lire Gènéthique vous informe du 7 mai 2015

Fin de vie - Le choix de l'euthanasie ?

Editions du cherche midi : http://www.cherche-midi.com/theme/Fin_de_vie-Emmanuel_HIRSCH_-9782749142289.html
Mars 2015
208 pages
Dans le cadre d'une révision de la loi relative à la fin de vie, il conviendrait notamment de « définir les conditions et les circonstances précises dans lesquelles l'apaisement des souffrances peut conduire à abréger la vie dans le respect de l'autonomie de la personne ». Ce livre examine dans quelles conditions le « droit de mourir dans la dignité » compris comme droit à l'euthanasie constituerait une mutation sociale aux conséquences peu ou mal évoquées. Ni considérations générales ni point de vue définitif, il donne à comprendre que des circonstances toujours exceptionnelles, personnelles et ultimes, ne sauraient justifier le recours à ce qui pourrait être considéré demain comme une loi d'exception. Prudence et discernement s'imposent donc, « entre immobilisme et changement », dans l'exercice d'une responsabilité politique qui engage les valeurs de la démocratie. Reprenant les temps forts de la concertation nationale sur la fin de vie, cet ouvrage en est aussi l'une des contributions.

L'humanitude au pouvoir - Comment les citoyens peuvent décider du bien commun

Editions du Seuil : http://www.seuil.com/livre-9782021219319.htm
Mars 2015
160 pages
« Humanitude ». C’est ainsi que l’auteur baptise l’étonnante capacité des simples citoyens à comprendre les enjeux, à réfléchir, à délibérer et à prendre des décisions au nom de l’intérêt commun de l’humanité. Cet état transitoire se manifeste chez les personnes invitées à constituer des jurys citoyens pour proposer une solution à un problème d’intérêt général. L’humanitude est une propriété générale des êtres humains largement confirmée par l’expérience répétée des conférences de citoyens réunies à l’occasion de controverses sociotechniques. Jacques Testart propose d’exploiter cette capacité pour en faire un outil privilégié d’orientation et de gestion des sociétés humaines. Un protocole rationalisé et reproductible pour ces procédures est disponible sous le nom de convention de citoyens. L’auteur montre ensuite pourquoi et comment ce type de convention pourrait constituer une procédure ordinaire intervenant dans la plupart des choix publics fondamentaux : l’examen critique des programmes électoraux, les controverses sur des sujets de société, les choix à portée anthropologique tels ceux qui s’imposent à tous les humains pour les risques éthiques, écologiques et sanitaires liés aux innovations technologiques.  

Pages