Bibliographie de la bioéthique

A la poursuite de l'enfant parfait - L'avenir de la procréation humaine

Benoît Bayle PMA-GPA
324 pages
Quels sont les risques pour l'être humain à être conçu, manipulé, sélectionné, consommé, en un mot produit, via l'aide des technologies biomédicales ? Quelle est l'origine du monde ? L'origine de la vie ? L'origine de l'être humain ? Depuis la nuit des temps l'homme n'a de cesse de pouvoir chercher la réponse à ces questions. Et pourtant il faut attendre le milieu des années 1850 pour que soit observée, sous l'oeil du microscope, la rencontre fécondante chez l'oursin ! Un siècle et demi plus tard, la médecine de la reproduction - ou procréatique - accomplit autant de « miracles » hier inconcevables. De fait, l'homme sait désormais instrumentaliser sa propre création : donner des enfants à des couples stériles ou à des couples homosexuels ; donner naissance à des enfants en bonne santé au sein de familles touchées par de gravissimes maladies génétiques ; bientôt peut-être programmer des enfants-médicaments destinés à soigner un grand frère ou une grande soeur... Parallèlement, la perspective d'une médecine régénérative s'ouvre et suscite les espoirs les plus fous grâce à l'utilisation d'embryons surnuméraires, la création de lignées de cellules souches à partir de ces embryons permettrait des greffes inédites dans l'histoire de la médecine... Mais cette société procréatique, favorable à l'égalité entre les hommes et les femmes, ne semble pas aussi idyllique qu'on le croit et laisse bon nombre de questions en suspens : le désir de maîtriser la procréation des individus de son espèce ne fait-il pas encourir à l'homme le risque d'instrumentaliser son semblable ? Ce désir ne masquerait-il pas quelque volonté d'emprise et de domination sur l'homme ? Faut-il penser que l'avènement de la gestation artificielle soit souhaitable ? Une telle éthique révolutionnaire de la procréation humaine serait-elle au service de la société ou bien risquerait-elle de mener à la destruction de l'humanité ? Peut-on ignorer ce que l'on sait du développement psychologique de l'embryon humain ? Refusant de prendre pour acquis les dogmes et les croyances de la société procréatique, Benoît Bayle, psychiatre et philosophe, propose une troisième voie qui, entre un passéisme peu idéalisable et un progressisme à outrance, postule la dignité de l'embryon humain.

Bien naître, bien être, bien mourir - Propos sur l'eugénisme et l'euthanasie

Danielle Moyse Fin de vie
Eres
275 pages
Danielle Moyse est professeur de philosophie. Agrégée de l'Université et titulaire d'un doctorat, elle est également chercheur associée au Centre d'études des mouvements sociaux (CNRS/EHESS). Dans de nombreux articles, elle s'est attachée à l'examen des problèmes éthiques soulevés par le dépistage prénatal et à celui des difficultés liées à l'accompagnement des personnes handicapées. Elle est membre du groupe d'éthique de l'Association des paralysés de France.

Vers un droit à l'enfant normal ?

Danielle Moyse - Nicole Diederich Diagnostic prénatal
Eres
216 pages
Le 17 novembre 2000, la Cour de cassation rendait un arrêt qui allait déclencher un des plus importants mouvements de contestation dans le monde médical, et rapidement se faire connaître au cours des débats qui s’ensuivirent, comme l’arrêt Perruche, du nom de la famille impliquée dans le procès. Peu de décisions de justice, au sein d’une juridiction civile, provoquèrent pareille controverse et une aussi forte médiatisation, d’autres procès similaires n’ayant pas eu autant d’échos. Le 4 mars 2002, le législateur votait une loi dans l’urgence en pensant mettre un terme à la jurisprudence Perruche et à un mouvement social qui, une fois déclenché, risquait de menacer l'avenir de la médecine obstétrique et échographique. Mais cette loi a-t-elle réglé la question ? L'arrêt Perruche et l'augmentation des procès pour non diagnostic d'anomalies fœtales ont-ils des répercussions sur les pratiques des médecins et, dans l'affirmative, quels changements cela occasionne-t-il ? Entre octobre 2002 et août 2004, les auteurs ont enquêté sur les conséquences – au niveau éthique mais aussi au niveau concret des pratiques professionnelles – des risques médico-légaux liés au dépistage prénatal, auprès de praticiens désireux d'y réfléchir, gynécologues obstétriciens, échographistes, équipes médicales, infirmières, sages-femmes, psychologues, généticiens, pédiatres... C’est cette enquête et la recherche qu’elle a induite qui sont présentées ici pour la première fois en France.

La bioéthique et l'embryon - Quels enjeux après la controverse du Téléthon ?

Pierre-Olivier Arduin Tous les autres thèmes
Editions de l'Emmanuel
203 pages
L'embryon est-il un être humain ? L'instrumentalisation complaisante du langage Bienvenue dans le meilleur des mondes ! Aspects scientifiques et enjeux bioéthiques des thérapies régénératrices par cellules souches L'emprise technoscientifique sur l'embryon La dictature du relativisme éthique Consensus et négociations : un remède au relativisme ? De la nécessité d'une éthique personnaliste universelle Quelle révision de la loi française de bioéthique ?

Le traumatisme post-avortement

adminFidesio
pages

Pages