Bibliographie de la bioéthique

Le tiers-corps, réflexion sur le don d’organes

Syliane Agacinski Don d'organes
Seuil : http://www.seuil.com/ouvrage/le-tiers-corps-sylviane-agacinski/9782021393590
Mars 2018
220 pages
« On parle de « pénurie d’organes » comme de pénurie d’essence ».   Dans son dernier livre Tiers-corps, Sylviane Agacinski, philosophe et épouse de Lionel Jospin, veut réveiller les consciences. Elle offre à son lecteur une réflexion à la fois philosophique et juridique sur le don d’organes. Le corps humain peut-il être considéré comme un bien marchand ? Peut-il s’acquérir ? Ou doit-il être considéré comme un bien « à part » du fait de sa spécificité ? L’ouverture d’un marché légal de greffes d’organes est-elle une solution « pour augmenter le nombre d’organes disponibles ? »... Cette dernière question interpelle. Si un tel marché n’a pas toujours été interdit en France (ventes de dents au XVIIIe siècle, ventes de sang jusque dans les années 1950), son principe a régulièrement été remis en cause - par les philosophes notamment - jusqu’à la consécration de la « dignité et de la valeur de la personne humaine » et du « respect dû au corps humain » (DUDH, article 16 du Code civil). « Dès lors que le corps des êtres humains est traité comme un bien marchand, le biomarché repose toujours sur les inégalités économiques entre les acteurs », observe-t-elle. Le scandale des trafics d’organes en Chine, aux Philippines ou encore en Inde en sont malheureusement la preuve. Par ailleurs, en France, le consentement au don n’est plus requis depuis la loi de modernisation de notre système de santé, adopté en 2016 : toute personne est présumée avoir donné son accord tant qu’il ne l’a pas refusé expressément. Pour l’auteur, il s’agit indéniablement d’un « recul de la pratique de don en tant que geste bénévole et volontaire ». Sylviane Agacinski dénonce une « approche quantitative du nombre de vies à sauver, qui risque de faire perdre de vue le sens et la valeur intrinsèque de l’existence humaine ».

Un pas en avant deux pas en arrière

Clotilde Merzat IVG-IMG
Editions Béatitudes : https://www.editions-beatitudes.com/catalogue/romans/un-pas-en-avant-deux-pas-en...
Février 2018
137 pages
Un roman facile d’accès, sur un sujet délicat : les grossesses imprévues. Claire et Mélanie, à deux âges de la vie, se retrouvent confrontées à la question de l’avortement. Leurs deux histoires s’entremêlent pour dévoiler les interrogations d’une femme qui se découvre enceinte sans l’avoir « voulu », son dialogue intérieur pour peser le pour et le contre d’un avortement. Dans ces moments de vulnérabilité, l’auteur pointe la difficulté de prendre le temps et la nécessité d’être entourée et conseillée pour ne pas laisser angoisses et peurs prendre le dessus. Des conditions qu’il est de plus en plus ardues de réunir dans notre société.  

Un cri secret d'enfant d'Anne Schaub

Anne Schaub PMA-GPA
Les acteurs du savoir : http://lesacteursdusavoir.fr/Un-cri-secret-d-enfant/Un-cri-secret.html
Octobre 2017
310 pages
Un cri secret d’enfant. Anne Schaub dénonce les risques de graves conséquences de la GPA sur la construction identitaire et comportementale de la personne dans un livre poignant.   GPA : « On ne peut pas remplacer une souffrance d’adulte par une souffrance d’enfant »

Bébés à la carte

Jean-François Bouvet PMA-GPA
Equateurs/Sciences : http://editionsdesequateurs.fr/enLibrairie/oo/BebesALaCarte
Août 2017
168 pages
Agrégé en sciences naturelles et docteur d’Etat ès sciences (neurobiologie), Jean-François Bouvet fait une analyse décapante des conséquences de la FIV (Fécondation In Vitro). Croisée avec les révolutions technologiques que sont le séquençage du génome humain et les « ciseaux moléculaires » ou CRISPR/Cas9, la FIV entraîne la sélection des individus et la modification de leur patrimoine génétique. C’est le Big Bang de la procréation ! Sans la FIV, l’utérus artificiel est peu envisageable, pas de GPA avec mère porteuse et « parents intentionnels » de sexe différent ou de même sexe, pas, en France, l’équivalent de la population de Rennes en embryons congelés, pas de vitrification d’ovocytes qui met sur « pause » l’horloge biologique féminine…   Côté PMA (Procréation Médicalement Assistée), aujourd’hui, on peut choisir son donneur de sperme (ou sa donneuse d’ovocytes) sur un site web, commander d’un clic avec paiement en ligne et recevoir le sperme congelé dans une boite isotherme, livré par DHL prêt à l’emploi ! C’est un marché mondial très concurrentiel et très lucratif. Où les femmes sont des « clientes », non des « patientes » ! En France, le don de gamètes est anonyme et gratuit.   On est sur la pente glissante : la FIV entraîne le DPI (Diagnostic Pré Implantatoire), que l'auteur semble justifier pour mieux souligner son caractère délétère, puis la sélection des meilleurs embryons à transférer dans l’utérus de la future mère. On peut aussi concevoir par FIV des « bébés médicaments », donneurs sains et compatibles pour leurs frères ou sœurs malades. Pour certains chercheurs, notamment en Chine, l’avenir est dans le tri précoce des embryons, pour ne garder que les plus performants. « Le meilleur des mondes » d’Aldous Huxley, pour eux, c’est « le monde des meilleurs » ! Et malgré la Convention européenne d’Oviedo (4 avril 1997), qui définit les limites à ne pas franchir en matière de modification du génome humain, un usage incontrôlé des manipulations génétiques est déjà en cours. Grâce aux « cellules souches pluripotentes » (cellules IPS), deux femmes auraient la possibilité de faire un bébé toutes seules, sans le sperme d’un homme, mais ce ne pourrait être qu’une fille ! Et les hommes pourraient être un jour à l’origine, non seulement de spermatozoïdes, mais aussi d’ovocytes !   Quant à la GPA (Gestation Pour Autrui), c’est un business prospère à part entière, qui exploite souvent les femmes les plus démunies, et va du low cost au premium ! La GPA peut porter à cinq les partenaires impliqués : donneuse d’ovocytes, donneur de sperme, gestatrice et couple d’intention - soit cinq « parents » différents pour un seul enfant !-… et même six, avec la fourniture, par une femme, autre que les géniteurs, de mitochondries ! C’est la dernière étape de la dissociation entre sexualité et reproduction, commencée avec la pilule contraceptive. Où la rupture du lien biologique entre mère et enfant a des conséquences durables. Et où on assiste à une marchandisation de l’enfant. Or « personne n’a droit à un enfant » ! La GPA est encore interdite en France, mais jusqu’à quand ? Quant à l’utérus artificiel, il ne relève plus entièrement de la science-fiction. Et la liberté qu’il serait censé procurer viserait à la disparition de la différence des sexes.   « En matière de reproduction humaine, ce qui est techniquement possible est en passe d’être réalisé » ! Tel le clonage potentiel d’humains. Il y a mondialisation des compétences sans universalité des valeurs ! L’artificialisation de la reproduction humaine est en marche. L’eugénisme se précise de plus en plus. Et en fait de « meilleur des mondes », c’est le pire des mondes qui se prépare.

En rouge et noir

Aude Mirkovic PMA-GPA
éditions scholae : http://editionscholae.fr/produit/en-rouge-et-noir-roman/
Août 2017
247 pages
Carole Pastorel, jeune avocate, souhaite porter plainte contre des sociétés américaines qui démarchent en France les clients potentiels en vue de réaliser des gestations pour autrui aux Etats-Unis. Elle sollicite l’aide de Jane Fontenay, maitre de conférences en droit privé, rencontrée à un colloque. Les deux deviennent rapidement amies et affrontent ensemble l’enquête sur les activités des sociétés américaines, les méandres de la procédure et la réticence du parquet à poursuivre des faits pourtant avérés. Elles découvrent encore l’hostilité de leurs mondes professionnels et une notoriété soudaine qui les propulse sur le devant de la scène où elles doivent affronter les débats d’idées dans des contextes souvent hostiles. Elles puisent dans leur amitié et la certitude d’agir pour un enjeu qui les dépasse l’humour et la détermination nécessaires pour aller jusqu’au bout.   Un roman sympathique, des personnages attachants, une intrigue bien ficelée : un livre qui séduira un large public désireux de se divertir sans perdre son temps ni sa bonne humeur.

Master-Class Sciences et éthique, des fondements à la pratique

Fondation Jérôme Lejeune Tous les autres thèmes
Fondation Lejeune : https://www.fondationlejeune.org/master-class-bioethique/
Juillet 2017
5 pages
Formation d’expertise pour les professionnels de la santé, et chercheurs, juristes, philosophes. Niveau minimum requis : BAC + 3, et étudiant en médecine dès la 1ere année Du 3 octobre 2017 au 10 avril 2018 54H de cours – 3 mardis soir/mois (20H-22H) + 2 samedis /semestre (9h-17h) Lieu : Sur Internet ou à la fondation Jérôme Lejeune (37 rue des Volontaires 75015 Paris) Certification possible Pour s’inscrire et s’informer : centrebioethique@fondationlejeune.org

Pages