Chine : des singes clonés pour la recherche médicale



A l'Institut des neurosciences de l'Académie chinoise des sciences de Shanghai, cinq clones de singe sont nés au cours des six derniers mois. Ils ont été obtenus à partir de fibroblastes d’un macaque adulte génétiquement modifié : son gène BMAL1, qui aide à réguler le rythme circadien, avait été neutralisé « pour le rendre malade ». Deux articles ont été publiés à ce sujet dans le National Science Review.

 

Le but de l’expérience était de savoir si la « descendance clonée » du macaque était atteinte de troubles du fait de cette modification génétique. De fait, les singes clonés « montraient des signes de problèmes mentaux (dépression, anxiété, comportements liés à la schizophrénie) associés à des troubles du sommeil ».

 

Les médias chinois parlent d’une « première mondiale », et les auteurs « affirment que les informations pourront servir à la recherche sur les maladies psychologiques humaines: les chercheurs voulant élaborer de nouveaux médicaments ou traitements pourront travailler sur des animaux génétiquement semblables, ayant des maladies bien spécifiques ». Selon Mu-ming Poo, membre de l’Académie des sciences de Chine (ASC) et directeur de l’Institut des neurosciences affilié à l’ASC à Shanghai, des recherches similaires sont prévues pour étudier d’autres maladies cérébrales. Il affirme que « cloner des primates ayant des caractéristiques idéales pour la recherche permet d'utiliser beaucoup moins de singes pour les expérimentations animales ».

 

Ce même institut avait déjà, en janvier 2018, soulevé la polémique en annonçant avoir cloné des singes (cf : Chine : premiers primates clonés par transfert nucléaire).

 


Sources: 

Medicalxpress (23/01/19) - Gene-edited disease monkeys cloned in China ; AFP (24/01/2018)