Interdiction du clonage à l’ONU : échec de la convention


Quand la petite minorité l'emporte...

 

La session de la sixième commission de l’assemblée générale de l’ONU, chargée d’élaborer une convention internationale interdisant le clonage humain, s’est achevée le 19 novembre sans trouver d’accord, malgré une large majorité (3/4) se déclarant contre toute forme de clonage.  En effet, d’un côté, derrière le Costa Rica, la grande majorité des pays (62 pays) dont les Etats-Unis, sont partisans de l’interdiction de toute forme de clonage humain (reproductif et dit thérapeutique), de l’autre,  derrière la Belgique, 22 pays dont la France, ne veulent interdire que le clonage reproductif et laisser chaque pays se doter de sa propre législation en ce qui concerne le clonage thérapeutique.

 

L’Organisation de la conférence islamique, (OCI) quant à elle, par la voix de son représentant officiel, la Turquie, souhaite un consensus sur la question. La Turquie, à titre individuel, s’est déclarée favorable à la proposition belge. Mais les avis divergent au sein de la Conférence : les pays de la Ligue arabe (inclus dans l’OCI) ont signé en juin 2004 un projet d’interdiction totale du clonage humain.

 

Vers une simple déclaration

 

Après avoir évité un vote sur l’interdiction du clonage, la Belgique a proposé de travailler sur une simple déclaration interdisant le clonage "d’êtres humains". L’Italie a proposé un amendement invitant à « interdire toute tentative de créer la vie humaine par le clonage et toute recherche visant à y parvenir ».

 

Finalement, la commission, suivant la proposition de la Belgique, chef de file des pays ne souhaitant pas interdire le clonage thérapeutique, a décidé d'abandonner le vote d'une convention et a proposé de créer un groupe de travail chargé d’élaborer en février 2005 « une déclaration des Nations Unies sur le clonage », sur la base de l'amendement italien. Mais quel que soit le texte définitif retenu, rappelons qu'une déclaration, à la différence d'une convention, n'est pas contraignante... L'ONU malgré une très large majorité, aurait-elle échoué  dans sa volonté d'interdire le clonage humain au niveau mondial ?