L’empreinte du clone


Une des difficultés du clonage reproductif réside dans la faible efficacité de cette technique liée à l’augmentation de la mortalité des clones avant et après la naissance. On se souvient que plusieurs veaux clonés avaient présenté des malformations viscérales, ou étaient morts de façon un peu inexpliquée. Plus récemment, le jeune Gaur cloné, est mort lui aussi au bout de quelques jours de vie, apparemment de dysenterie. Il semble donc exister une plus grande fragilité de ces animaux obtenus par clonage.

 

Marquage des gènes

 

Même si la technique qui permet le clonage est connue maintenant, les phénomènes qui permettent à une cellule adulte différentiée de relire depuis le début le message génétique nécessaire au développement d’un individu sont encore presque inconnus. Cette reprogrammation du génome passe par des phénomènes de marquage (méthylation) qui rendent un gène actif ou silencieux. Un gène hyperméthylé est à priori silencieux, un gène hypométhylé serait exprimé. Ce marquage est un des moyen de réguler l’expression des gènes selon la période du développement et selon les tissus. Il est aussi lié au phénomène d’empreinte parentale qui touche certains gènes et met au silence une des deux copies selon son origine parentale. Selon les gènes, ce sera la copie maternelle ou paternelle qui sera exprimée, et il existe des maladies liées à des défauts d’empreinte parentale. Le statut de méthylation/déméthylation de ces gènes soumis à empreinte parentale est donc réorganisé à chaque génération.

 

Des chercheurs coréens ont étudié la méthylation des clones et ont montré que ceux-ci ont une méthylation anormale de leur génome par rapport à des embryons naturels. Ces anomalies, qui auraient pour conséquences des anomalies dans la régulation de l’expression des gènes, seraient responsables des anomalies dans le développement des clones. Les connaissances récentes en matière d’empreinte parentale montrent qu’il s’agit d’un phénomène complexe, puisque la méthylation peut selon les cas entraîner une mise au silence, une activation du gène ou n’avoir aucune conséquence. Beaucoup de chemin reste donc à faire avant de pouvoir maîtriser le clonage dans ses mécanismes intimes, et dans ses conséquences sur le plan sanitaire. La FDA a déjà interdit la consommation d’animaux issus du clonage. 

 

Références

1- Nature Genetics, juin 2001

2- Médecine /Sience, janvier 2001

3- Médecine/Science, mai 2001