Bruxelles : polémique sur la viande clonée



Mardi 1er février 2011, la Commission, le Parlement et le Conseil Européen se sont réunis à Bruxelles pour débattre sur l’importation américaine de viande clonée et descendant de clones, ainsi que de leur semence ou de leur lait.

Il a été demandé unanimement par le Parlement un moratoire pour interdire leur production et importation en attente de réglementions. Ce moratoire de 5 ans, que la Commission est prête à mettre en place, ne concernerait que les clones et non leur descendants, ce qui fait l’objet d’une forte controverse.

"Un descendant de clone n’est pas un clone" justifie Fréderic Vincent, porte-parole de la Commission. "C’est juste une question d’éthique", ajoute-t-il, car selon le rapport de l’agence sanitaire européenne, la viande de clone ou de descendants de clones n’est pas dangereuse à consommer.

De son côté, Corinne Lepage, députée européenne, regrette que John Dalli, commissaire de la santé, n’ait parlé que du "risque de guerre économique". "Dalli ne veut pas entendre parler de traçabilité et d’étiquetage des produits issus de descendants de clones, au motif que cela n’existe pas aux Etats-Unis, et que ça revient à bloquer leurs produits. Or, sur les OGM, on l’a fait !" Elle dénonce une "très forte pression" exercée par les USA et l’Argentine qui produisent de la viande issue de clones.

En France, il est exigé une traçabilité même des descendants, ainsi qu’en Pologne et en Grèce. En 2009, 77% des Européens refusaient de manger des clones.


Sources: 

Libération (Coralie Schaub) 03/02/11