Pilules de troisième génération: trente nouvelles plaintes pourraient être déposées contre des fabricants



 Après le dépôt d'une plainte par une jeune femme aujourd'hui handicapée suite à un accident vasculaire cérébral (AVC) qu'elle impute à l'utilisation d'une pilule de troisième génération (Cf Synthèses de presse Gènéthique du 14/12/12 et du 17/12/12 ), "les avocats [de la victime] [...] ont annoncé [...] que les plaintes de 30 autres femmes s'estimant victimes de pilules contraceptives de troisième génération seraient déposées début janvier". Toujours selon les avocats des victimes, ces plaintes viseront les fabricants des pilules de troisième et quatrième génération des laboratoires Bayer mais également Schering, Merck et Pfizer. Si la première plainte a été déposée auprès du tribunal de Bobigny, l'ensemble du dossier a finalement été centralisé et saisi par le pôle santé publique du tribunal de grande instance (TGI) de Paris, qui "devra décider d'une éventuelle ouverture d'enquête préliminaire, d'une information judiciaire ou d'un classement sans suite". 
Déjà, notamment aux Etats-Unis, de nombreuses critiques ont émergé puisque "13 500 plaintes ont été déposées contre la pilule YAZ, également du Laboratoire Bayer".

L'Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM), qui juge "excessive" la délivrance de ces pilules de troisième et quatrième génération et qui aurait "lancé plusieurs alertes dans le passé sur [leurs] risques thromboemboliques", envisage de réserver leur délivrance à certains prescripteurs. Le directeur général de l'ANSM Dominique Maraninchi explique: "Si notre mise en garde auprès des prescripteurs ne suffisait pas, il s'agirait de réserver les conditions de prescription et de délivrance [de ces pilules] pour en limiter l'utilisation, pour être sûr qu'elles ne soient utilisées qu'en deuxième recours et les réserver à des spécialistes", précisant que "ces spécialistes seraient consultés lorsque les patientes ne supporteraient pas ou auraient une contre-indication aux pilules de première ou deuxième génération". 
Toujours selon l'ANSM, "des concertations se déroulaient [ce mercredi] en vue d'une réunion formelle entre l'agence du médicament (ANSM) et les représentants des prescripteurs des pilules de 3ème et 4ème génération", comme les syndicats de généralistes, de gynécologues et de sages-femmes ainsi qu'avec le planning familial. Cette réunion "devrait avoir lieu d'ici à la fin de la semaine ou en tout début de semaine prochaine". 



Sources: 

 AFP 29/12/12 - tempsreel.nouvelobs.com 29/12/12 - atlantico.fr 30/12/12 - AFP 31/12/12 - L'Express.fr 31/12/12 - Le Generaliste.fr 31/12/12 - La Croix 31/12/12 - AFP 01/01/13 - tempsreel.nouvelobs.com 01/12/13 - AFP 02/01/13 - Le Figaro 02/01/13 - Libération (Matthieu Ecoiffier) 02/01/13 - La Croix 02/01/13 -  La Croix 03/01/13 - Le Monde 03/01/13 - Valeurs actuelles 03/01/13