Covid-19 : des soignants se confinent au chevet des personnes âgées



En Charente, « la moitié du personnel d'un Ehpad de Mansle a choisi de rester 24h sur 24 avec les 59 personnes âgées jusque là préservées de l'épidémie de Covid-19, pour éviter tout contact extérieur et espérer ainsi ″passer au travers de la crise″ ».

 

Pascal Ramirez, directeur de l'Ehpad Bergeron-Grenier de Mansle, témoigne : « Le week-end dernier, on n'avait toujours pas de Covid-19 chez nous, mais on voyait les Ehpad autour de nous tomber les uns après les autres. On s'est dit qu'il fallait agir ». Une décision « collective » : « seuls les salariés volontaires vont rester ».

 

« Les 18 volontaires sont aide-soignants, agents d'entretien, cuisiniers », ou encore « responsables administratifs ». Parmi eux, Mathilde Buxeraud, 24 ans, ergothérapeute à l'Ehpad qui raconte : « Chaque matin, on avait la boule au ventre avant de prendre le travail ». « On n'avait qu'une crainte, faire entrer le virus dans l'établissement », déclare-t-elle. « Rapidement, on s'est dit que la seule réponse possible était de nous confiner avec les pensionnaires ». « Seuls ceux qui n'avaient pas les moyens d'organiser leur vie familiale autrement n'ont pas pu se rendre disponibles pour participer à cette aventure », indique-t-elle. Et « les salariés restés à l'extérieur s'occupent des courses. Ils les déposent devant la porte ».

 

Une initiative que l’on retrouve outre-manche. A Sheffield, au Royaume-Uni, « neuf membres du personnel » ont « emménagé à plein temps » dans la Bridgedale House, « réduisant ainsi le risque » d’infecter les résidents vulnérables ». « La maison de soins, un établissement privé spécialisé pour les personnes atteintes de démence, compte 23 résidents, tous âgés de 65 ans et plus. » Kirsty Scott, une assistante de direction, a déclaré « C'était une décision difficile de quitter mes enfants et mon mari, mais je veux pouvoir m'occuper de mes résidents. Nous aimons nos résidents. Nous sommes une famille ». Une déclaration à laquelle souscrit Sarah-Jane Clark, une assistante sociale de 23 ans : « Nos familles vont nous manquer. Mais il est important que nous le fassions pour prendre soin de nos résidents. (…)  Nous devons les faire passer en premier ».

 

 

Pour aller plus loin :

Covid-19 : des personnes âgées abandonnées dans des maisons de retraite en Espagne

Covid-19 : Les personnes âgées, objet de toute l’(in)attention ?

Covid-19 : se rappeler de « la profonde vulnérabilité humaine dans un monde qui a tout fait pour l’oublier »


Sources: 

La Croix, AFP (25/03/2020) – The Guardian, Jessica Murray (25/03/2020)