COVID-19 : la congélation du sperme explose aux Etats-Unis



Heather Kilpatrick, directeur des opérations de la société américaine de collecte de sperme à domicile CryoChoice, déclare que la société « a vu ses ventes augmenter de 20 % au cours des dernières semaines ». Et la start-up Legacy, qui a la même activité, affirme que « son volume de commandes habituel a été multiplié par dix ces derniers jours ». De leur côté, les responsables de Dadi, une autre start-up de ce domaine, affirment que « non seulement les ventes ont triplé, mais que les clients qui achètent cinq ans de stockage de sperme sont plus nombreux que jamais ».

 

De nouveaux clients qui semblent inquiets quant aux « effets potentiels du virus sur la fertilité », même si « à l'heure actuelle, rien ne prouve que le coronavirus puisse avoir un impact à long terme sur la fertilité, chez l'homme ou la femme ». Selon les « experts » du domaine, « nous ne pouvons pas dire avec certitude quels seront ses effets totaux sur la fertilité à court ou à long terme ».

 

« Fin février, un médecin spécialiste de la fertilité de la ville de New York a remarqué une augmentation de 25 % des appels à son cabinet de la part de femmes cherchant à congeler leurs ovocytes par crainte du coronavirus ». Une procédure « assez invasive », qui ne trouve donc pas « de débouché comparable ». Pour le sperme, « les kits de prélèvement et les tests coûtent plus de 100 dollars, et le stockage peut atteindre 100 dollars ou plus par an ».

 

 

Pour aller plus loin :

Coronavirus : les FIV gelées jusqu’à la fin de l’épidémie ?

Coronavirus : l’ABM recommande la suspension des parcours de PMA

Infertilité : découverte du rôle clé de la protéine SKP1


Sources: 

Daily Beast, Mark Hay (13/04/2020)