Covid-19 : pour Danielle Moyse, "notre habitation terrestre est avant tout corporelle"



Dans un article de La Croix paru le 5 juin 2020, Danielle Moyse, chercheuse associée à l’Iris, au CNRS et à l’EHESS s’interroge sur les conséquences que « l’éclipse de la présence corporelle » imposée par la crise du covid 19 aura sur chacun de nous.  Certes, pour garder le contact « nous aurons tous eu recours à des moyens substitutifs » comme le téléphone. Mais comme l’expliquait la chanteuse Barbara pour justifier ses visites aux prisonniers, « Rien ne peut remplacer la Présence, l’Échange, l’Émotion, la Violence »

 

Si le toucher est « le sens humain par excellence », les « moyens techniques de communication à distance » sont-ils à même de « compenser l’atteinte humaine que constitue la mise entre parenthèses de la présence corporelle» ? Déjà en cours, « la virtualisation des rapports humains (…) semble avoir été renforcée par des « raisons sanitaires ». A l’impossibilité d’être ensemble, s’est ajoutée « la nécessité de se protéger de la seule présence de l’autre ». Ainsi il n’y a pas seulement eu absence de présence mais encore  « mise à mal du toucher ».

 

La pandémie a interrompu un geste de cordialité millénaire « par lequel les hommes se serraient généralement la main ». Traversant les distances et les époques ce fil interrompu de poignées de main permettait de penser que «  chacun avait pressé « la main de Mahomet, de Bouddha ou de Jésus-Christ, de Socrate ou de Platon, de Yannick Noah et de Johnny Hallyday ». Cette chaîne « n’aura-t-elle été que provisoirement brisée par la pandémie, ou la rupture sera-t-elle plus durable ? »

 

Laissant la question ouverte, Danielle Moyse observe que « paradoxalement l’éclipse du corps dans les rapports humains, puis les bouleversements des rituels cérémoniels auront mis en lumière que notre habitation terrestre est avant tout corporelle ».

 

Pour aller plus loin :

 

Le transhumanisme, ce nouvel eugénisme? Entretien croisé entre deux philosophes : Danielle Moyse et Olivier Rey

Après le Covid-19 : l'urgence de vivre ?

Peau artificielle : des chercheurs reproduisent en laboratoire la sensation du toucher

Danielle Moyse: "l'organisation scientifique de la sélection des vies"

 


Sources: 

Danielle Moyse, La Croix (05/06/2020)