CRISPR contre le cancer : trois patients traités aux Etats-Unis



A Philadelphie, l’université de Pennsylvanie mène un essai clinique utilisant CRISPR contre le cancer : un processus « sans danger » affirment les chercheurs après avoir traité trois patients[1], « mais il est trop tôt pour savoir si cela améliorera leur survie » : pour l’un le cancer continue de s’aggraver, le second est dans un état stable et la troisième patiente a été traitée trop récemment pour tirer des conclusions. Quinze autres personnes seront inclues dans l’étude.

 

Le traitement consiste à prélever des cellules du système immunitaire dans le sang des patients, les modifier génétiquement[2] pour les aider à reconnaître et combattre les cellules cancéreuses, puis les réinjecter aux patients. Les effets indésirables observés jusque-là ont été « minimes et gérables ». Pour le docteur Edward Stadtmauer, qui dirige l’étude, « c’est la preuve que nous pouvons éditer des gènes sans danger pour les cellules ». Incertain sur le moment où les effets anticancéreux seront visibles, il souhaite « suivre ces patients plus longtemps et en tester plus ».

 

Les premiers résultats ont été publiés par l’American Society of Hematology, et de plus amples détails seront donnés lors de sa conférence annuelle au mois de décembre.

 

Pour aller plus loin :

 



[1] Deux sont atteints d’un myélome multiple (cancer du sang) et le troisième d’un sarcome. Tous sont en échec thérapeutique.

[2] En l’occurrence, les chercheurs suppriment trois gènes et en ajoute un.

 


Sources: 

Associated Press (6/11/2019)