Dépister la drépanocytose in utéro ?



Une étude, publiée dans le British Journal of Haematology, montre qu’un simple test sanguin permettrait de diagnostiquer la drépanocytose chez les bébés à naître. Expérimenté sur 64 femmes enceintes, le test a fourni des résultats concluants pour 60 d'entre elles. Le procédé consiste à vérifier la présence de fragments d'ADN fœtal circulant dans le sang de la mère. Le nouveau test sanguin pourrait être effectué dès 8 semaines de gestation, soit 8 semaines plus tôt que l'amniocentèse, moyen actuel de détection de la maladie du bébé à naître.

 

Au Royaume-Uni, environ 14 000 personnes vivent avec la drépanocytose. La maladie peut provoquer de la fatigue, de l'essoufflement et une prédisposition aux infections.

 

Le nouveau test sanguin doit être expérimenté à plus grande échelle avant d’être mis sur le marché.

 

Pour aller plus loin :

Jean-Marie Le Méné : "Le dépistage prénatal non invasif (DPNI) porte à sa perfection la politique eugéniste"

Trisomie 21 et DPNI : au Royaume-Uni, les avortements ont augmenté de 50 % en 10 ans

DPNI au Pays de Galles : « comme si le gouvernement voulait l’extinction d’une partie de l’humanité »

 

 


[1] Tim T Morris et al. Can education be personalised using pupils' genetic data?, eLife (2020).


Sources: 

Daily Mail, Sally Wardle (15/03/2020)