Français
Content: 

« Le drame de l’avortement c’est la mort de l’enfant ». On compte en France environ 220 000 avortements par an. Dépénalisé en 1975, progressivement étendu jusqu’à être aujourd’hui revendiqué comme un « droit », le recours à l’avortement est cependant une dérogation au « droit à la vie ». Par sa nature même, il ne peut être un « acte anodin ». C’est cette conviction qui a conduit Blandine Magaly, à écrire Des alternatives à l’avortement. L’auteur y dresse le constat, souvent peu relayé, des souffrances qu’engendre un avortement, tant pour la mère que pour sa famille et ses proches. Elle fait état des diverses structures de l’Etat comme des milieux associatifs, qui existent pour venir en aide aux femmes qui s’apprêtent à avorter, parmi lesquels la protection maternelle infantile (PMI), le service social à l’enfance, l’accouchement sous X (une des spécificités françaises), les services d’hébergement d’urgence  aides… Les femmes peuvent bénéficier de réels soutiens pour poursuivre leur grossesse. Ces aides sont malheureusement peu connues. Aussi, l’auteur propose des pistes : redéfinir le programme d’éducation sexuelle et affective des jeunes - fondé avant tout sur la contraception ce qui « entretient les chiffres alarmant de l’avortement » - développer la formation des personnels soignants à l’accompagnement des parents, de même qu’instaurer des dons financiers aux femmes qui choisissent de garder leur enfant comme cela existe aux Etats-Unis. Ayant travaillé sept ans auprès d’enfants et d’adultes porteurs de handicap, Blandine Magaly est aussi à l’initiative d’un projet de ligne d’écoute, « Pause », pour les parents qui attendent un enfant handicapé.

Image: 
Theme: 
Editor: 
Peuple libre
Date: 
Lundi, Mars 4, 2019
Number of page: 
137