Des cellules iPS moins sujettes au rejet immunitaire



Une étude japonaise à paraitre vendredi dans la revue Cell Stem Cell rapporte que le développement de cellules iPS présente un risque de rejet moindre grâce à l’emploi de l’édition de gènes.

 

L’équipe dirigée par Akitsu Hotta de l’université de Kyoto a obtenu des cellules iPS à partir de cellules de personnes de divers types HLA[1], puis les a transformées en cellules sanguines après avoir supprimé certains gènes HLA par édition du génome. Réinjectées, ces cellules sanguines étaient moins sujettes à des attaques du système immunitaire receveur.

 

Pour aller plus loin: Une équipe américaine a mené des travaux similaires dont les résultats ont été publiés au mois de février (cf. Des cellules iPS « universelles » pour contourner les rejets de greffes).

 


[1] Le rejet survient lorsque le type d’antigène leucocytaire humain (HLA) de la cellule greffée est différent de celui exprimé par le receveur. Mais l’héritage de types HLA identiques est rare.


Sources: 

Japan Times (8/03/2019)