Des cellules iPS « universelles » pour contourner les rejets de greffes



Des chercheurs de l’université de San Francisco ont utilisé CRISPR-Cas9 pour créer des cellules souches pluripotentes induites « invisibles » pour le système immunitaire, prévenant ainsi un éventuel rejet de greffe. Ces cellules souches « universelles » pourraient être fabriquées à grande échelle, plus facilement que les cellules iPS conçues « sur mesure » pour chaque patient.

 

Si les cellules iPS ont un potentiel thérapeutique largement admis, le rejet immunitaire de ces cellules chez le patient receveur est un obstacle majeur à leur utilisation. L’utilisation d’immunosuppresseurs pour contrer l’activité immunitaire peut être efficace, mais ces traitements présentent de nombreux effets secondaires et rendent le patient plus susceptible aux infections et au cancer. Les chercheurs pensaient qu’avec les cellules iPS obtenues à partir de cellules adultes du patient, ce problème de rejet de greffe serait résolu, mais dans la pratique, l’utilisation clinique des iPS s’est révélée difficile. La qualité et la reproductibilité de la « technologie iPS » sont un point critique pour les laboratoires. En outre, la production d’iPS « personnalisées » pour chaque patient est longue et coûteuse.

 

Face à ces problématiques, Tobias Deuse, auteur de l’étude, et Sonja Schrepfer ont créé des « iPS universelles », pouvant être utilisées pour tous les patients. Dans leur étude publiée le 18 février par la revue Nature Biotechnology, ils décrivent leur protocole qui inclut la modification de l’activité de trois gènes pour éviter le rejet de greffe, dont deux sont liés au fonctionnement du complexe majeur d’histocompatibilité et le troisième protège les cellules d’une destruction par les cellules immunitaire « natural killer ». Ils ont pour les premiers utilisé CRISPR et pour le troisième un virus apportant une copie du gène CD47.

 

Lorsque les chercheurs ont transplanté leurs cellules souches de souris à des souris HLA-incompatibles et dotées d’un système immunitaire normal, ils n’ont observé aucun rejet. Ils ont alors transplanté des cellules iPS humaines de la même manière dans des souris humanisées (dont le système immunitaire a été remplacé par des composants du système immunitaire humain), et n’ont pas observé de rejet. Ils ont également dérivé ces iPS humaines en cellules cardiaques pour les transplanter chez des souris humanisés, avec succès.

 

« C’est la première fois que quiconque possède des cellules génétiquement modifiées qui peuvent être transplantées universellement et peuvent survivre chez des receveurs immunocompétents sans provoquer de réponse immunitaire », s’enthousiasment les auteurs. « Notre technique résout le problème du rejet des cellules souches et des tissus dérivés de cellules souches, et représente une avancée majeure pour le domaine de la thérapie par cellules souches » a déclaré Tobias Deuse, espérant que de nombreuses équipes profiteront de leur découverte.


Sources: 

Medical press (18/02/2019)