Des implants dans le cerveau pour limiter la dépendance aux opioïdes ?



Bien qu’ignorant le fonctionnement de la stimulation cérébrale profonde pour traiter la dépendance, les scientifiques de l'Université de Virginie-Occidentale (WVU) considèrent qu’elle peut aider à soulager l'état de manque. Aussi, pour la première fois aux États-Unis, des neurochirurgiens ont implanté une micropuce dans le cerveau d'un patient souffrant de dépendance aux opioïdes et aux benzodiazépines.

 

Se basant sur des recherches qui l'utilisent pour traiter les symptômes de l'épilepsie de Parkinson et de la dépression, l'équipe de chercheurs estime que ce type de stimulation pourrait interférer avec le circuit de récompense du cerveau : la puce envoie des signaux qui doivent susciter en réponse des injections de dopamine, un neurotransmetteur du « bien-être » qui doit limiter les envies de fumer. L'espoir est que le dispositif permettre au cerveau du patient de continuer à pomper des doses saines et régulières de dopamine.

 

Au cours de la dernière décennie, le patient, Gerod Buckhalter, 33 ans, a souffert de multiples surdoses en raison de sa dépendance aux opioïdes et aux benzodiazépines. Il a essayé des traitements ambulatoires et stationnaires, avec ou sans médicaments. Sans succès. Sa dépendance est « résistante au traitement ».

 

Selon les dernières données de la Substance Abuse and Mental Health Services Administration, environ 2,1 millions d'Américains étaient dépendants des opioïdes en 2016. Un nombre qui augmente sans cesse et certains des patients qui ne répondent pas aux traitements, font face à un risque très élevé de problèmes de santé catastrophiques et même de décès.

 

Au cours de la première phase de l'essai, quatre patients réfractaires subiront l'intervention chirurgicale. La méthode a été tentée en Hollande et en Chine.


Sources: 

Independant, Vincent Wood (07/11/2019) - Daily Mail, Nathalie Rahhal (07/11/2019)