Des kits CRISPR pour modifier l’ADN des criminels recherchés par la police ?



Les criminels recherchés pourraient modifier leur propre ADN grâce à des kits en vente libre, qui utilisent la technique du CRISPR[1]. Créés pour lutter contre certaines maladies héréditaires telles que l'anémie falciforme, la fibrose kystique et la dystrophie musculaire, ces kits « révolutionnaires » permettent de « modifier la composition génétique » de la personne, et sont disponible en ligne pour 150 £ environ.

 

Le professeur George Church, de l'Université de Harvard a fait remarquer que ce type de kit « pourrait également être utilisé par des criminels pour disparaître des bases de données médico-légales ou échapper aux recherches. (…) Cela rendrait les preuves médico-légales inutilisables ». Aujourd’hui, avec une greffe de cellules souches, « vous avez une nouvelle identité » explique le professeur, même si cela nécessite d’être réalisé stérilement, et de se faire irradier ensuite pour supprimer les anciennes cellules.

 

Le Dr Alexander Gray, du Centre de recherche de Leverhulme à l'Université de Dundee, a déclaré que « l'édition génétique dans le foie des souris avait montré que le nouvel ADN finissait par prendre le relais, remplaçant le code génétique ». Il suppose que c’est plus difficile chez les humains mais reconnaît que « si vous étiez dans la base de données médico-légale et que vous aviez changé d'ADN, il serait possible d'éviter la détection ».

 

[1] CRISPR-Cas9 est une technique récente et révolutionnaire de génie génétique, développée depuis 2012, qui permet de modifier le génome de n'importe quel organisme. Elle utilise un mécanisme naturel de protection des bactéries contre les virus pour rechercher et couper une séquence dans un génome (de là, le surmon de « ciseaux génétiques ou ciseaux de l'ADN » (Psychomedia)


Sources: 

Daily Mail, George Martin (06/05/2018)