« Deux, ça suffit ! » : l'Egypte veut limiter à deux le nombre d'enfants par famille



En 2017 déjà, le président Abdelfattah al-Sissi accusait la « surpopulation » d’être l’une des « deux plus grandes menaces pour l’Égypte », à l’égal du terrorisme. Comptant 98,4 millions d’habitants, l’Egypte est le troisième pays le plus peuplé d’Afrique derrière le Nigeria et l’Éthiopie et le pays le plus peuplé du monde arabe, du Moyen-Orient et du bassin méditerranéen. Avec une moyenne nationale de 3,5 enfants par femme, le taux de natalité y est de 26,8 ‰ et l’accroissement naturel de 2,3 %, c’est-à-dire que chaque année le pays augmente de 2 millions d’habitants.

 

Dans les campagnes, avoir des garçons « est quasiment considéré comme une assurance vie » car ils participent au travail quotidien et aux rentrées d’argent, et que ce sont eux qui s’occuperont de leurs vieux parents ensuite. Il y a aussi la religion, qui oblige à avoir des enfants, car « limiter les naissances c’est s’opposer à la volonté de Dieu ». « Nous, les pauvres, on n’a aucun espoir d’ascension sociale pour nos enfants alors pourquoi se limiter ? Nos femmes, c’est notre dernière liberté. Personne n’a le droit d’entrer dans nos chambres à coucher pour nous dire de limiter les naissances » juge même Khaled Abou Zied, un chauffeur de taxi.

 

Jusqu’à présent il existait une politique d’aide financière aux familles les plus démunies… pour leurs trois premiers enfants uniquement. Mais le gouvernement veut drastiquement réduire cette natalité. Son objectif : descendre à 2,4 enfants par famille en 2030. Le gouvernement lance un important plan pilote, intitulé « Deux, ça suffit ! ». Fin des aides dès le deuxième enfant, volontaires issus d’ONG sélectionnées, pour faire du porte à porte et convaincre les familles, spots publicitaires « humoristiques »« Arrête de faire des enfants sinon ton corps va s’enlaidir et ton mari ira voir ailleurs » lance une bénévole à une jeune mère de 28 ans devant ses quatre enfants. Le spot télévisé, quant à lui, met en scène un père de sept enfants, dans un magasin de vêtements : « Ah, non. Nous, on est trop nombreux : on regarde mais on n’achète pas » dit l’homme à ses enfants. « Faites deux enfants, vous pourrez les habiller » conclut hâtivement le spot. Sont également au programme la création d’un planning familial, et la mise en place de cliniques fixes et mobiles. Le gouvernement espère ainsi faire chuter la natalité.


Sources: 

La Croix, Nadia Blétry (03/04/2019)

Photo : Pixabay/DR