Dire Stop à la FIV… parce qu’on peut être sans enfant et heureux



Amanda White, 46 ans, co-anime sur la BBC un podcast intitulé « Sex, Drugs And Lullabies[1] » qui veut « briser le tabou de l’infertilité ». Etant elle-même concernée, elle témoigne de la possibilité d’être heureux sans être parent : « La vie continue après une FIV ratée et je veux donner à d'autres femmes qui passent par là le courage de dire ‘C’est fini, j’arrête’. Je ne sais pas comment les femmes peuvent s’en sortir en multipliant en vain les FIV. J’ai le cœur brisé pour ces parents qui s’obstinent. J’aimerais qu’ils puissent trouver la paix au lieu de s’acharner ».

 

Réticents à endurer des années de traitement et à dépenser des milliers d’euros, elle et son mari Andy ont décidé d'essayer une série de FIV et pas plus. Amanda se confie sur le calvaire d’un parcours de PMA, ses souffrances physiques, ses tiraillements psychologiques, ses espoirs déçus. Elle témoigne aussi et surtout de la possibilité de dépasser cette peur de ne pas engendrer et de trouver du bonheur simplement à deux.

 

Elle affirme : « Tout le monde a de la tristesse dans sa vie et nous refusons de nous attarder sur la nôtre » avant d’ajouter : « Vous pouvez avoir une belle vie sans enfants ».

 

Pour aller plus loin :

Attendre et espérer

NaProTechnologie : « favoriser l’efficacité de l’acte procréateur, sans pour autant se substituer à lui »

 


Sources: 

The Sun, Claire Dunwell (13/12/19)