Don d’organes au Québec : après des taux historiquement bas en avril, l’activité reprend



En raison de la pandémie de Covid-19, Transplant Québec, l’organisme « mandaté par le ministre de la Santé et des Services sociaux afin de coordonner le processus de don d’organes », a indiqué avoir enregistré en avril « ses plus bas taux de références et de donneurs des cinq dernières années ». En effet, en avril, « 25 personnes [ont été] référées par les hôpitaux ». Et finalement « seulement deux donneurs ont été retenus, ce qui a permis de greffer des organes sur cinq personnes ».

 

Au mois de mai, « une reprise des activités a été constatée, se dirigeant vers les niveaux normalement observés » d’après l’organisme, mais « la situation n’est toutefois pas entièrement revenue à la normale ». Ainsi, la période du 12 mars au 30 juin 2020 est caractérisée par « une diminution de 50 % du nombre de donneurs d’organes et de 60 % des transplantations » par rapport à l’année précédente. Une baisse qui n’a pas généré de « hausse de décès (…) chez les personnes en attente de greffe ».

 

Louis Beaulieu, directeur général de Transplant Québec, explique ce ralentissement par, notamment, « la nécessité d’assurer la sécurité des patients à transplanter ainsi que la réorganisation massive dans les hôpitaux » en période de pandémie. Une autre raison : « le confinement a amené les gens à beaucoup moins circuler, il y a ainsi eu moins de traumas de la route ». Et « Transplant Québec n’a pas retenu de donneur ayant contracté la COVID-19 » précise son directeur, « mais cette décision pourrait changer dans le temps ».

 

« 800 Québécois sont actuellement en attente d’une greffe d’organe. »

 

 

Pour aller plus loin :

20e journée du don d'organes : de quoi parle-t-on ?

Baisse des transplantations d'organes dans le monde, - 50% en France

Greffe d’organe : le quotidien à risque des immunodéprimés

En Australie, des greffes sont suspendues, des organes seront jetés

Chine : un projet de loi pour stimuler le don d’organes

Greffer un rein porteur d’hépatite C, une option « rentable »

 


Sources: 

Huffington Post, Stéphanie Marin (15/07/2020)