Don d’organes au Royaume-Uni : vers une instrumentalisation du décès des mineurs ?



Dimanche soir, le secrétaire à la santé, Matt Hancock, a fait un appel au don d’organes de jeunes enfants. Si les dons des adultes ont augmenté d’un cinquième depuis 2004, ceux provenant d’enfants « est resté statique ». En effet, les organes de 57 enfants ont donné lieu à 200 greffes en 2018, un chiffre quasiment identique à celui de 2014 où 55 enfants avaient donné leurs organes. Selon le National Health Service (NHS), seule « la moitié des familles approchées à la suite du décès d'un enfant avaient consenti à ce que leurs organes soient utilisés ».

 

S’adressant aux parents endeuillés, Matt Hancock a déclaré qu'il comprenait « combien il est difficile d’envisager de perdre un enfant, et encore plus de penser à ce qui se passera après. Mais nous ne devons pas fuir ce sujet qui pourrait sauver des vies », a-t-il insisté.

 

Pour aller plus loin :

Don d’organes : opportunité ou opportunisme ?

Instrumentaliser le témoignage pour augmenter les dons d'organes ?

Teddy, un nouveau né donne ses reins : l’instrumentalisation d’une histoire courageuse mais troublante

Accompagner l'enfant anencéphale...

Un nouveau né anencéphale donne ses reins : une question d'éthique