Education : le Vatican publie un document sur la question du genre



Lundi, la Congrégation pour l’éducation catholique a rendu public un document sur la question du genre[1], à destination des éducateurs et des familles, en réponse à l’ « urgence éducative » sur les thèmes de l’affectivité et de la sexualité. Le texte « propose une vision anthropologique chrétienne selon laquelle la sexualité est une composante fondamentale de la personnalité, sa façon d’être, de se manifester, de communiquer avec les autres, de ressentir, d’exprimer et de vivre l’amour humain. Elle fait donc partie intégrante du développement de la personnalité et de son processus éducatif ».

 

Après avoir fait la distinction entre idéologie et études de genre[2] (l’idéologie cherche « à s’imposer comme une pensée unique qui détermine également l’éducation des enfants »[3], tandis que la recherche sur le genre veut « approfondir de manière adéquate la manière dont la différence sexuelle entre un homme et une femme est vécue dans différentes cultures »), le document retrace un bref historique, montrant la « désorientation anthropologique » actuelle. Ainsi se répand l’idée que « seule compterait l’affection entre individus, indépendamment de la différence sexuelle et de la procréation, considérées comme négligeables pour la construction de la famille ». Une « vision purement contractuelle et volontariste ». Ces phénomènes, « qui pouvaient pourtant sembler marginaux il y a peu, commencent à avoir une traduction juridique » : liberté de choix du genre, pluralité d’unions en opposition au mariage entre homme et femme. «  On voudrait donc que chaque individu puisse choisir sa propre condition et que la société se limite à garantir ce droit, y compris par une aide matérielle, sans quoi on verrait se développer des formes de discrimination sociale vis-à-vis des minorités. La revendication de tels droits est entrée dans le débat politique actuel. Ils ont été accueillis dans plusieurs documents internationaux et insérés dans certaines législations nationales ».

 

Or la « formation de l’identité » est « précisément fondée sur l’altérité sexuelle », explique le document. Cette altérité est remise en cause par l’évolution des techniques médicales (PMA, GPA…) qui «comporte des manipulations d’embryons humains, des fragmentations de la parentalité, l’instrumentalisation et/ou la marchandisation du corps humain, et réduit l’enfant à un objet de technologie scientifique». Face à cette instrumentalisation, « les écoles doivent être des lieux d’éveil de la raison, ouverte à la dimension transcendante ».

 

[1] Homme et femme il les créa. Pour une voie de dialogue sur la question du genre dans l’éducation

[2] Gender theory vs gender studies.

[3] L’idéologie du genre « nie la différence et la réciprocité naturelle de l’homme et de la femme. Elle envisage une société sans différence de sexe et vide la base anthropologique de la famille. Cette idéologie induit des projets éducatifs et des directives législatives qui favorisent une identité personnelle et une intimité affective radicalement détachées de la diversité biologique entre hommes et femmes. L’identité humaine est livrée à une option individualiste, également changeante dans le temps ».

 


Sources: 

Vatican News, Cyprien Viet (10/06/2019) - Document du Vatican sur le genre: soutien au dialogue et refus des idéologies radicales

Zenit, Marina Droujininan (10/06/2019) - Éducation catholique : « Homme et femme il les créa »