En Angleterre et aux Pays de Galles, les adoptions s’effondrent avec les succès croissants de la FIV



 

Au cours des 40 dernières années, soit depuis la naissance du premier « bébé éprouvette », les adoptions en Angleterre et au Pays de Galles ont chuté de 62%. Dans le même temps, le taux de réussite de la FIV chez les femmes de moins de 35 ans a presque triplé.

 

Anthony Douglas est responsable du Service d'assistance et de conseil auprès des tribunaux de la famille et des enfants (Cafcass), il a été lui-même adopté. Il explique que le processus d'adoption en Angleterre est « beaucoup trop lent » et qu’« il est en concurrence avec beaucoup d'autres façons d'avoir des enfants ». Il ajoute : « Chaque enfant mérite de vivre et de grandir dans une famille, mais l'adoption prend deux fois plus de temps qu'elle ne devrait, ce qui rebute les gens ». Pourtant, en moyenne, les fécondations in vitro sont des échecs dans 70% des cas et il faut environ 4 ans et demi pour concevoir par ce moyen.

 

Les données de l'Office for National Statistics suggèrent qu'il y avait 12 121 enfants adoptés en Angleterre et au Pays de Galles en 1978. En 2017, 4 350 enfants pris en charge en Angleterre ont été adoptés, tandis qu’au Pays de Galles, plus de 300 enfants ont été placés dans leur foyer adoptif. Mais le nombre d’adoptions diminue alors que le nombre d’enfants pris en charge en Angleterre augmente, 72 670 enfants en mars 2017.

 


Sources: