En Suisse, la mise au point de muscles artificiels progresse



Inauguré fin juin en Suisse, le Centre pour muscles artificiels s’attache à développer un système d’assistance cardiaque mieux toléré et plus efficace que ceux actuellement en cours. Cette infrastructure innovante est constituée de scientifiques de l’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne, de l’Inselspital (Hôpital universitaire de Berne) et de l’Hôpital Universitaire de Zurich.

 

Le muscle artificiel à l’étude est formé d’une série d’anneaux conçus dans un polymère électro-actif pouvant se dilater lorsqu’une tension lui est appliquée. Placé autour de l’aorte et alimenté par un système à induction magnétique, il peut soutenir le cœur dans sa tâche de pompage grâce à un va-et-vient contrôlable en temps réel et assisté par un ressort en titane de haute précision.

 

« Cette technologie serait certainement moins invasive que les systèmes d’assistance cardiaque actuels car elle n’interfère pas directement avec le flux sanguin, ni les cellules sanguines », explique le Docteur Thierry Carrel, chef du service de chirurgie cardiovasculaire de l’Inselspital. Elle devrait  permettre, entre autres, d’éviter les risques d’hémorragies et de thromboses.

 

Les quatre années à venir seront consacrées au développement de la technologie en cours. Ensuite, les essais sur l’animal donneront des indications précises sur la viabilité du dispositif.

 

En plus de l’assistance cardiaque, les équipes du Centre pour muscles artificiels ont prévu d’investir d’autres domaines de la médecine et ont déjà deux autres projets : un sphincter urinaire et une reconstruction de la musculature faciale pour redonner des expressions aux personnes victimes d’accidents, comme les grands brûlés.

 


Sources: 

JIM, Benoît Thelliez (26/07/2018)