Etats-Unis : Batailles judiciaires autour de la suspension des IVG pendant l’épidémie de COVID-19



Une décision de la Cour d’appel a autorisé « le maintien en vigueur » d'un décret de l’Etat du Texas qui suspend les avortements le temps de la pandémie de coronavirus. (cf. Aux Etats-Unis, des Etats privilégient la lutte contre le coronavirus plutôt que l'avortement). Le décret avait été suspendu en première instance lundi (cf. Etats-Unis : Des juges fédéraux bloquent la suspension des IVG décidée en raison de l’épidémie de Covid-19).

 

Le procureur général du Texas, Ken Paxton, « a salué cette décision ». Il estime qu’elle « donne la priorité à juste titre à l’approvisionnement en fournitures et en équipements de protection pour les professionnels de santé qui en ont besoin ».

 

L'affaire du Texas est le premier recours à atteindre la cour d'appel, mais « plusieurs autres pourraient suivre ». « Les juges fédéraux de l'Alabama et de l'Ohio ont également bloqué lundi les ordonnances des États interdisant les procédures médicales non essentielles. » Un autre recours est en attente en Oklahoma. Et « d'autres États, dont le Mississippi et le Kentucky, qui ont également choisi d'émettre de telles ordonnances pourraient faire face à des contestations ».

 

Mais la contestation des décisions fédérales n’est pas systématique. Le Planned parenthood de l'Indiana et du Kentucky a déclaré qu'« il se conformerait au décret du gouverneur de l'Indiana de reporter ou d'annuler toutes les procédures facultatives ou non urgentes, dont les avortements, afin d’économiser le matériel médical ».

 

 

Pour aller plus loin :

Covid-19 : le Gouvernement britannique autorise les IVG à domicile

Etats-Unis: Le Kansas adopte un projet de loi qui restreint l'accès à l'avortement

Eugénie Bastié dénonce les contradictions du féminisme sur l’avortement

Trafic d’embryons par le Planning Familial américain : 5 nouveaux chefs d’accusation portés contre les journalistes rejetés

L'avortement, un enjeu majeur des prochaines élections américaines


Sources: 

CNN, Caroline Kelly et Ariane de Vogue (31/03/2020)