Etats-Unis : des lois pour restreindre les avortements de fœtus porteurs de trisomie 21



En Ohio, un projet de loi est à l’étude, qui prévoit d’interdire les avortements suite au diagnostic de trisomie 21 du fœtus. Les médecins pratiquant un avortement dans ces circonstances seraient coupables de délit, interdits d’exercer la médecine et tenus pour responsables des dommages et intérêts légaux. La femme enceinte ne serait pas responsable pénalement.

 

Ce projet fait suite au reportage diffusé cet été sur l’Islande, qui faisait état d’une véritable « éradication » des personnes atteintes de trisomie 21 (cf. La trisomie 21 éradiquée par l’avortement). Aux Etats-Unis, selon une étude datant de 2012, entre 67 et 85% des fœtus diagnostiqués trisomiques sont avortés. Franck Larose, qui a déposé le texte, explique : « Il est inquiétant qu’aujourd’hui, des personnes puissent décider qu’une vie ne vaut rien en fonction d’une anomalie génétique ».

 

Kelly Kuhns soutient ce projet de loi : son quatrième enfant est porteur de trisomie 21. A l’issue du dépistage positif, les médecins l’ont « bombardées de conseils décourageants » ; ils « m’ont raconté des choses horribles qui peuvent arriver avec ce syndrome. (…) J’avais l’impression d’une peine de mort », témoigne-t-elle. « On nous a parlé de toutes les soins dont il aurait besoin (…) mais on ne nous a jamais dit à quelle point notre vie serait incroyable avec Oliver ». Elle regrette ce « perfectionnisme sociétal » qui pourrait à l’avenir s’étendre à d’autres pathologies.

 

Le milieu médical reste fortement opposé à de telles mesures, qui représentent une « ingérence dans la relation patient-médecin », estiment-ils.

 

Plusieurs autres états débattent de projet de lois similaires aux Etats-Unis. L’Indiana et le Dakota ont d’ores et déjà adopté de telles mesures mais elles ont été bloquées et ne s’appliquent pas à ce jour (cf. Indiana : Blocage de la loi interdisant les avortements d’enfants porteurs de trisomie 21). En Oklahoma, un comité s’est opposé au projet de loi qui avait préalablement reçu l’approbation de la Chambre des représentants (cf. Etats-Unis : L'Oklahoma interdit l’avortement pour trisomie ou anomalie génétique).


Sources: 

Washington times, Julie Carr Smyth - David Crary (24/09/2017)