Face à l'isolement, une mission suscitée par le ministre de la santé ébauche des réponses


L’épidémie de coronavirus et les mesures de confinement qui l’ont accompagnée ont souligné avec une très grande acuité la situation d’isolement des personnes âgées. Pour lutter contre ce fléau, Olivier Véran a confié à Jérôme Guedj, ancien Président du conseil départemental de l’Essonne et ancien parlementaire, la mission d’identifier les moyens de « combattre l’isolement des personnes fragiles – c’est-à-dire, nos aînés et les personnes en situation de handicap - pour le temps de crise mais aussi pour la période qui suivra ». Il était aussi chargé « de proposer et de coordonner un dispositif opérationnel de mobilisation ».

 

Le rapport reconnait que la situation met «  un coup de projecteur tristement inédit sur une douloureuse réalité, celle de l'isolement, qui est aussi et bien souvent un impensé, le parent pauvre de nos politiques sociales, ainsi qu’en témoignent les régulières alertes de nombre d’acteurs associatifs et de récents rapports publics » (cf. Monique Pelletier : "Les « vieux » resteront-ils encore longtemps les mal-aimés de notre société ?"). Il souligne aussi que ces évènements ont aussi contribué à mettre en évidence « la disponibilité de notre société pour lutter contre l’isolement ». Les nombreuses initiatives spontanées, « hors de tout cadre public », vis-à-vis des plus fragiles ont été « massives ».

 

Cinq grands axes ont été identifiés qui se veulent « pragmatiques », « dans une volonté d’opérationnalité immédiate ».

 

La mission propose tout d’abord le « renforcement, d’ici la fin de cette semaine, du numéro vert national d’écoute de la Croix Rouge avec une attention spécifique pour les personnes âgées, fragiles et isolées ». La plateforme doit assurer « un soutien psychologique et d’orientation ».

 

« Téléphonez, téléphonez, téléphonez ». La mission invite à ne pas se contenter des « gestes barrières pour endiguer la propagation du virus », mais à « appliquer les gestes solidaires pour démultiplier les gestes de solidarité » et fait appel à la mobilisation des voisins, facteurs, gardiens d’immeubles…. L’invitation s’adresse aussi aux communes et aux départements : une série de mesures doit permettre de « faciliter le partage d’informations et la coordination entre collectivités locales ». Des incitations à l’engagement dans la vie associative et le bénévolat sont prévues. D’ores et déjà « 30.000 jeunes en service civique sont mis à la disposition des mairies et acteurs locaux pour des missions directement liées au maintien du lien social ». Le rapport évoque les quelques « 230.000 personnes » qui « se sont inscrites sur la plateforme jeveuxaider.gouv.fr ».

 

Un plan d’action territorial « partant des dix besoins du quotidien des personnes âgées » doit être établi et s’accompagner « au plus vite » de « la mise en place d’une cellule de coopération locale contre l’isolement » dans chaque territoire. « Une grille d’évaluation téléphonique de la fragilité » doit par ailleurs être proposée.

 

Pour maintenir le lien social dans les conditions de protection sanitaire contraignantes qui « demeurent nécessaires », le rapport demande d’identifier les moyens de s’aider des nouvelles technologies et des acteurs de la Silver économie « pour soutenir les aidants et professionnels du soin et de l’accompagnement, à domicile et en établissement ».

 

Enfin, une plateforme hébergée par le site du ministère des solidarités et de la santé doit permettre de transmettre « les bonnes pratiques et des initiatives locales qui luttent contre l’isolement ».

 

La mission ne doit pas s’arrêter à la période de confinement mais doit se poursuivre pour « décliner les mesures retenues, entrainer la société, diffuser les bonnes pratiques, positiver » de concert avec Sophie Cluzel, chargée des personnes en situation de handicap.