Fin de vie : une déclaration signée des trois religions abrahamiques



Ce lundi 28 octobre, trois représentants des religions monothéistes (chrétien, juif et musulman)[1] ont signé et remis au Pape un document faisant état de leur engagement commun à l’encontre de l’euthanasie et du suicide assisté, « pratiques moralement répréhensibles ». Ils plaident au contraire pour un accompagnement de la personne : « alléger efficacement la souffrance, tenir compagnie et donner un soutien émotionnel et spirituel ». C’est le rabbin Avraham Steinberg, coprésident du Conseil national israélien de bioéthique qui est à l’initiative de cette rencontre.

 

En douze points, cette déclaration rappelle les sujets de « plein accord » de ces trois religions concernant la fin de vie, et se veut une aide pour le personnel de santé à « mieux comprendre, respecter, guider, aider et conforter le croyant et sa famille au moment de la fin de vie ». Refus de l’acharnement thérapeutique, pleine liberté de conscience des professionnels de santé, développement des soins palliatifs, soutien aux politiques publiques « qui protègent le droit et la dignité du patient dans sa phase terminale, pour éviter l’euthanasie et promouvoir les soins palliatifs », engagement social pour éviter que les patients aient le sentiment d’être un poids ou inutiles, droit des patients à une assistance religieuse selon leur souhait, les signataires s’engagent également à « impliquer [leurs] communautés sur les questions de la bioéthique concernant le patient en phase terminale, ainsi qu’à faire connaître les modalités d’accompagnement compatissant envers ceux qui souffrent et meurent », à « sensibiliser l’opinion publique sur les soins palliatifs à travers une formation adéquate et la mise en œuvre de ressources de traitements pour la souffrance et l’agonie », et à « fournir du soutien à la famille et aux proches des patients qui meurent ». Enfin, elles s’engagent à « impliquer les autres religions et toutes les personnes de bonne volonté ‘dans ce combat’ ».

 

 


[1] Le rabbin David Rosen, directeur des affaires religieuses de l’American Jewish Committee, Mgr Vincenzo Paglia, président de l’Académie pontificale pour la vie, un représentant du métropolite (orthodoxe) de Kiev, Hilarion, et le président du comité central de la Muhammadiyah indonésienne (association socio-culturelle musulmane), le Dr Samsul Anwar.


Sources: 

Zenit, Anne Kurian (28/10/2019)

AFP (28/10/2019)