GPA : elle frôle la mort lors de l'accouchement



« C'est effrayant de penser que j'aurais pu ne pas retrouver mes enfants ou mon mari à la maison. Cela semble dramatique mais c’est ce qui aurait pu se passer. » Alors qu’elle prend un poste de directrice adjointe d'une maison de soins pour adultes autistes, son assistant, Ondrej Simecko, qui vit en couple avec son compagnon Abel Lantos, lui demande si elle veut bien être leur mère porteuse. Kerry Stevens, 38 ans, est mariée et mère de trois enfants. Elle accepte au bout de six mois, avec l’accord de sa propre famille.

 

Après la signature d’un contrat « contraignant », Kerry reçoit l’embryon conçu à partir de l’ovocyte de la cousine d'Ondrej, Katalin, fécondé par le sperme d'Abel en novembre 2018. L’implantation fonctionne, elle attend des jumeaux.

 

En juillet 2019, Kerry se rend à l'hôpital de Torbay, dans le comté de Devon au Royaume Uni, pour une césarienne prévue à 36 semaines. Mais le placenta se détache de la paroi de son utérus, « je criais de douleur », explique-t-elle. Les médecins n’entendent pas les battements de cœur des bébés qui sont rapidement emmenés pour être soignés. Leur vie est en danger. Elle raconte : « J’ai fait une hémorragie interne, mais je n'avais aucune idée de la gravité de la situation ». Elle ajoute : « Une fois que le chirurgien a sorti les bébés, il a réalisé ce qui s'était passé et nous a dit à quel point nous avions eu de la chance d'avoir tous survécu. J’étais inquiète de la survie des bébés, mais en fait, j’aurais peut-être pu mourir moi aussi ».


Sources: 

Mirror, Sabina Rouse (06/06/2020)