Irlande : après les médecins, les infirmières et les sages-femmes refusent de pratiquer l'avortement



 

En Irlande, un groupe d’infirmières et de sages-femmes a rejoint les médecins et déclare ne pas vouloir participer aux services d’avortement. Elles expliquent que dans le cas d’avortements par méthode chirurgicale, elles devront donner les soins préopératoires, ce qu’elles refusent.

 

Le mois dernier, des centaines de médecins ont élevé la voix contre l’avortement et ont manifesté leurs préoccupations à propos de la nouvelle loi. Ils ont demandé au ministre de la santé, Simon Harris, de ne rien précipiter (cf. Avortement en Irlande : les médecins demandent à inscrire leur droit à l’objection de conscience dans le projet de loi).

 

Dans le texte prévu, les objecteurs de conscience doivent transférer les soins de la femme enceinte à un médecin susceptible de pratiquer l’avortement. Pour les infirmières et les sages-femmes, cette clause est une « participation à la procédure ». Elles ne veulent participer d’aucune façon à l’avortement : une participation qui « inclut toute supervision, délégation, planification ou soutien du personnel impliqué dans l'interruption de grossesse», a déclaré Mary Fitzgibbon qui a organisé la pétition.

Elles demandent au ministre de la santé de les consulter et de soutenir les amendements qui protègent la liberté de conscience et estiment qu’elles devront quitter la profession si elles n’obtenaient pas gain de cause.

 

Pendant ce temps, le Planning Familial irlandais a demandé que le projet de loi sur l'avortement soit dès maintenant  amendé et que les «sanctions pénales» soient supprimées.

 

Le ministre de la santé a expliqué que les services d’avortement devraient être en place pour la nouvelle année.

 


Sources: 

Irish Examiner, Evelyn Ring (28/11/2018)