Japon : un premier essai clinique mondial avec iPS positif



Les cinq patients souffrant de dégénérescence maculaire liée à l’âge, qui ont reçu une transplantation de cellules souches pluripotentes induites (iPS) pour la première fois en mars 2017 au Japon, ont « tous bien supporté la chirurgie ». L’annonce a été faite vendredi dernier par l’équipe de chercheurs du Riken et de chirurgiens de l’hôpital général de la ville de Kobe qui a réalisé cet essai clinique. Sur le total des patients, « la vue de quatre d’entre eux s’est stabilisée et la vision du cinquième montre une légère amélioration ».

 

Les patients ont reçu une « greffe hétérologue » de cellules rétiniennes, différenciées in vitro à partir de cellules iPS de donneurs. L’opération a consisté en l’injection de ces cellules dans les yeux des patients. Celles-ci « se sont bien fixées sur la rétine de tous les patients ». Les symptômes de rejet, constatés chez l’un des patients, ont été résolus par l’administration de corticoïdes.

 

En 2014, cette même équipe avait réalisé également en première mondiale, une « greffe autologue[1] chez une patiente atteinte d’une pathologie oculaire ».

 

De nouveaux essais cliniques débuteront pour « identifier les maladies pour lesquelles le traitement se révèlerait le plus efficace ».

 

Pour aller plus loin :

Le 1er essai clinique mondial avec iPS suscite l’exaltation du monde scientifique

La vision de la première patiente ayant reçu une transplantation de cellules IPS s'améliore

Les cellules iPS bénéfiques pour contrer les dégénérescences rétiniennes

Au Japon, première application clinique de cellules iPS pour soigner des maladies cardiaques

Japon : vers un essai clinique pour soigner le cancer à l’aide de cellules iPS

Cellules ips au japon : approbation d’une nouvelle étude clinique pour soigner des troubles de la cornée

 


[1] Dans le cas d’une greffe autologue, le patient reçoit des cellules dérivées de ses propres cellules iPS.


Sources: 

France diplomatie (22/04/19) - Chirurgie de la rétine : les patients transplantés en 2017 avec des cellules iPS se portent bien