Jean-Marie Le Méné : « La crise est un chemin de Damas qui nous ramène au réel »



« La crise est un chemin de Damas qui nous ramène au réel ». Dans une société à l’ « eugénisme désinhibé »« l’homme ordinaire est menacé d’obsolescence et la défense des plus démunis est mission impossible », Jean-Marie Le Méné, président de la Fondation Lejeune, explique que la pandémie est l’occasion de se redécouvrir fragile. « Alors qu’hier il fallait à tout prix que meure une personne handicapée qui n’était ni sous respirateur, ni dans le coma, ni en fin de vie, aujourd’hui tout le monde doit être sauvé, même ceux qui sont dans une situation moins favorable que celle de Vincent Lambert il y a un an ». Même les débats « byzantins » autour de la confusion des sexes semblent écartés.

 

Pour autant, Jean-Marie Le Méné s’insurge contre l’extension du délai accordé pour l’IVG médicamenteuse, l’avortement étant, face à tant d’autres urgences médicales et sanitaires, « le seul geste sanctuarisé » qui n’est « ni un droit, ni un soin, ni un acte médical ».

 

Qu’en sera-t-il de demain ? Pour le Président de la Fondation Lejeune, il est à craindre que rien ne change : « Quand le droit l’emporte sur la vie, il permet de tricher sur tout ». Pour lui, quand les lois entérinent la transgression dans un monde où « l’embryon humain vaut moins cher qu’une souris », l’« épine idéologique fichée dans le réel compromet l’avenir ».

 

Pourtant, « une société ne peut survivre aux mensonges qui la détruisent » et plus que de chercher désormais à « réinventer la France », il invite à l’aimer comme « une réalité de chair et de sang ».


Sources: 

Valeurs actuelles (07/05/2020)

Photo : DivvyPixel de Pixabay