« J'étais au-dessus de mon corps », le témoignage de Krystel Cahanin-Caillaud après 5 semaines de coma



« J'étais au-dessus de mon corps ». Interviewée sur Europe 1, Krystel Cahanin-Caillaud a raconté son expérience de « mort imminente » à Christophe Hondelatte.

 

En juin 1992, l’année de sa terminale, elle est en voiture avec des amis, lorsqu’ils heurtent un talus. L’accident est grave, après plusieurs tonneaux, elle est éjectée du véhicule. Ce qui survient alors est inexplicable, « j'étais au-dessus de mon corps, je ne peux pas trouver des mots plus juste que ça », explique-t-elle au micro d'Europe 1. « Je sais qu’il y a quelque chose après la mort, car je voyais les autres alors que j’étais morte », souligne-t-elle, « il se passe quelque chose mais dire quoi, je ne sais pas. » Elle observe tout, se voit étendue par terre, elle entend qu’on l’appelle mais ne peut répondre. Jo, un de ses amis, parvient à la réanimer, mais Krystel demeure dans le coma. Elle y restera quatre mois avant de se réveiller. 

 

À l'hôpital, les médecins déclarent à ses parents que « seule la machine la maintient en vie », elle peut mourir d'un instant à l'autre. Durant son coma, elle perçoit tout, « les gens qui viennent la voir pour lui dire des secrets, les médecins aux avis pessimistes, sa sœur qui tombe dans les pommes ».

 

Lorsqu’elle rouvre les yeux, « c'est un miracle, du jamais vu selon le chef de service ». Krystel a d'importantes séquelles : elle « parle très mal, ne marche pas, ne reconnaît pas ses parents ». Il lui faut tout réapprendre. Ses souvenirs lui reviendront par flash, après plusieurs mois.

 

Aujourd’hui, 26 ans après le drame, elle se déplace encore en béquille, parfois en fauteuil roulant, « les douleurs, c'est 24h/24, mais je ne fais plus trop attention maintenant », confie-t-elle. Krystel a aujourd'hui un travail, elle est mariée et a deux enfants.