La FDA autorise la commercialisation directe au consommateur du premier test génétique de dépistage de maladies



Aux Etats-Unis, la Food and Drug Administration (FDA) a autorisé jeudi la commercialisation directe au consommateur des premiers tests génétiques de dépistage. Proposé par la firme 23andMe, ce test évalue la prédisposition génétique d'une personne pour 10 maladies et affections.

 

Les tests sont réalisés en isolant l'ADN à partir d'un échantillon de salive, pour des affections telles que la maladie cœliaque, la maladie de Gaucher de type 1 et les troubles de la coagulation du sang, mais aussi la maladie de parkinson ou la maladie d’Alzheimer. Les tests seront commercialisés dans le cadre du test de santé et d'ascendance de 199 $ que la société fournit déjà.

 

Les tests peuvent être utilisés pour « prendre des décisions sur les choix de style de vie ou pour informer les discussions avec un professionnel de la santé », a déclaré l'agence dans un communiqué de presse.

 

Si les consommateurs peuvent désormais avoir un accès direct à certaines informations sur le risque génétique, le Dr Jeffrey Shuren, directeur du Centre de dispositifs et de santé radiologique de la FDA souligne qu’il « est important que les gens comprennent que le risque génétique n'est qu'un élément du puzzle, cela ne veut pas dire qu'ils vont ou ne développeront pas une maladie ».

 

L’autorisation marque un tournant et remet en question le moratoire qui avait été imposé en 2013 sur ces questions.

 

Interrogé par le New York Times, le docteur James Beck, responsable scientifique de la Fondation de la maladie de Parkinson, a déclaré que la décision constituait un précédent dangereux pour la divulgation de l'information sans consultation génétique préalable : « Une fois que vous avez testé et lu les résultats, il n'y a pas de retour ».


Sources: 

Bioedge (Xavier Symons) 07/04/2017 ; Medical XPress (06/04/2017)