La ministre de la santé veut "faciliter le recours à l'IVG"



Vendredi soir, la ministre de la Santé, Agnès Buzyn, a annoncé une série de mesures « pour faciliter l'accès des femmes à l'interruption volontaire de grossesse quelle que soit leur région ».

 

Le délai moyen d’accès à l’IVG en France, entre le premier contact avec un professionnel de santé et la réalisation de l’IVG, est de 7 jours. Pour « conforter l’égalité d’accès à l’IVG sur tout le territoire », la ministre entend permettre, dès le premier trimestre 2020, la réalisation d’IVG instrumentales dans des centres de santé. Elle a annoncé que l'accès à l'IVG figurerait « parmi les critères d'évaluation des hôpitaux dans les contrats d'objectifs les liant aux ARS », qu’elle ferait l’objet d’une « inscription prioritaire dans la formation continue des médecins et des sages-femmes ». Par ailleurs, un « annuaire de l'offre d'IVG dans chaque région, actualisé pour prendre en compte la saisonnalité » doit être mis en place. 

 

Le nombre de médecins qui font jouer leur clause de conscience sera également examiné. La ministre a affirmé qu’elle « ne souhaite pas voir disparaître cette clause qui garantit aux femmes la meilleure des prises en charges », mais qu'elle voulait « que soit respectée l’obligation légale pour le médecin de réorienter rapidement sa patiente » .

 

Enfin, le communiqué de presse du ministère mentionne qu’ « afin de faire le point sur les conditions d’accès à l’IVG et de formuler de nouvelles propositions, un rapport global relatif à l’accès à l’IVG sera remis au Parlement fin janvier 2020 ».

 

Pour aller plus loin :

En France, une IVG pour 3 naissances en 2018

L’avortement ne pourra jamais être un « droit fondamental », ni une « liberté »

La nature de l'embryon humain au défi des lois


Sources: 

Afp (27/09/2019) - CP Ministère de la Santé (27/09/2019) - Communiqué de presse - Agnès BUZYN - Accès IVG - 27 septembre 2019

Objection ! (29/09/2019) - Une étude sur le nombre de médecins objecteurs