La modification génétique des jumelles chinoises pourrait avoir affecté leur cerveau



Le cerveau des jumelles dont les gènes ont été modifiés par CRISPR-Cas9 avant la naissance, une modification qu’elles transmettront aux générations futures, pourrait avoir été impacté par la procédure.

 

En effet, de nouvelles recherches montrent que les altérations du gène CCRS introduites dans l’ADN des bébés et qui devrait les rendre résistantes au virus du SIDA, aurait aussi une action sur la récupération après un accent vasculaire cérébral et pourrait conduire à de meilleurs résultats scolaires. Un constat mis en évidence chez les personnes « naturellement dépourvues » de ce gène. En effet, « le gène CCRS5 joue en effet un rôle majeur dans la mémoire et la capacité su cerveau à se former », explique Alcino J. Silva, neurobiologiste de l’Université de Los Angeles en Californie. Aussi, « l’interprétation la plus simple est que ces mutations auront probablement un impact sur la fonction cognitive des jumelles ». L’effet exact « est impossible à prédire », c’est pour cette raison que l’expérience n’aurait pas dû être menée estime le chercheur.

 

Des soupçons pointent quant à la véritable intention de la modification génétique qui toucherait davantage à une question d’augmentation, « créer des êtres supérieurement intelligents », que de prévention de la maladie.

 

L’expérience a été largement condamnée pour son caractère irresponsable et le chercheur He Jiankui, à l’origine de la modification, est sous le coup d’une enquête en Chine. Il a été mis à pied par l’université pour laquelle il travaillait.

 

Pour aller plus loin :


Sources: 

Les Echos, Frédéric Schaffer (22/02/2019) - Cette nuit en Asie : les bébés « OGM » chinois sont-ils dotés d'un super-cerveau ?

National Review, Wesley J. Smith (21/02/2019)

MIT, Antonio Ragalado (21/02/2019)