La pilule augmente le risque de dépression de 40 %



Des chercheurs danois de l’Université de Copenhague ont réalisé une étude de grande ampleur sur le lien entre contraception et dépression. Cette étude, publiée dans la revue JAMA Psychiatry, affirme que la prise d’une pilule contraceptive augmente en moyenne de 40 % le risque de dépression, avec un risque plus élevé chez les adolescentes.

 

L’utilisation d’un contraceptif hormonal s’est également montrée associée à une augmentation du recours aux antidépresseurs, variable selon le type de contraception hormonale :

  • Le patch multiplie par 2 le risque d’avoir recours aux antidépresseurs
  • L’anneau vaginal augmente le risque de 50 %
  • La pilule progestative augmente le risque de 30 %
  • La pilule œstroprogestative augmente le risque de 20 %

 

« Nous savons depuis des dizaines d’années que les œstrogènes et la progestérone, qui sont des hormones sexuelles, ont une influence sur l’humeur de nombreuses femmes, ajoute le Dr. Øjvind Lidegaard, professeur à l’université de Copenhague au Danemark et responsable de l’étude. Il n’est donc pas très surprenant que des hormones extérieures artificielles, qui agissent de la même façon et sur les mêmes centres que les hormones naturelles, puissent aussi influencer l’humeur des femmes ou même être responsables de dépressions. »

 

L’étude a porté sur les données d’un million de femme âgées de 15 à 34 ans, sur une période de 14 ans. Aucune ne souffrait de dépression au début de l’étude. Au bout de six mois, « les femmes qui prenaient une pilule contraceptive avaient un risque plus élevé de 40% par rapport aux autres de développer une dépression ».


Sources: 

Presse Santé, Marie Desange (28/05/2019) - Pilule contraceptive: hausse de 40% du risque de dépression