L’Agence de Biomédecine publie son bilan de l'année 2014


L’Agence de Biomédecine a rendu public le 1er octobre son rapport annuel d’activité. Anne Courrèges, directrice générale de l’Agence, et Sophie Caillat-Zucman, présidente du Conseil d’administration, se félicitent, au terme d’une « année particulièrement riche ». Elles évoquent notamment des « résultats très positifs en matières de greffe d’organes et de tissus » (cf Gènéthique du 6 mai 2015), le « lancement du protocole Maastricht 3 » (cf Gènéthique du 1er octobre 2015), et la « campagne pour promouvoir le don de gamètes » lancée en juin (cf Gènéthique du 5 juin 2015 et 8 juin 2015).

 

Toujours dans le souci de respecter la « valeur de transparence » chère à l’Agence, ce rapport publie les principaux chiffres dans ses différentes missions.

 

En matière de Don, prélèvement et greffe d’organes et de tissus :

  • 5357 greffes d’organes ont été réalisées en 2014, ce qui représente une hausse de 4,6% par rapport à 2013, et de 67% par rapport à 2000. L’Agence « garde à l’esprit l’objectif des 5700 greffes d’ici fin 2016 ».
  • 6 637 personnes sont inscrites sur le Registre National des Refus au 30 avril 2015.

 

Dans le domaine de l’Assistance Médicale à la Procréation et le don de gamètes :

  • 84 126 tentatives d’AMP ont été réalisées avec FIV, donnant naissance à 23 651 enfants en 2013, (soit 2,9% des enfants nés en France).
  • 456 femmes ont fait un don d’ovocytes et 268 hommes ont fait un don de sperme, entraînant la naissance de 198 enfants par don d’ovocytes et 1069 enfants nés par don de sperme. L’Agence souhaite atteindre « 900 donneuses d’ovocytes et 300 donneurs de sperme en 2015 », afin de « répondre aux besoins de tous les couples en attente d’un don ».

 

En matière de Diagnostic Prénatal, diagnostic Préimplantatoire et la génétique postnatale, le rapport se félicite par ailleurs qu’en « 4 ans, le nombre de prélèvements à risque pour le fœtus effectués pour diagnostiquer la trisomie 21 ait diminué de 46% ».

 

Enfin dans le domaine de la recherche sur les cellules souches embryonnaires humaines et l’embryon humain, 4 nouveaux protocoles de recherches ont été autorisés en 2014 et 3 protocoles ont été renouvelés. A ce jour, 39 équipes en France ont une autorisation de recherche sur l’embryon, et 73 protocoles sont en cours.

Par ailleurs 3 autorisations de conservation ou d’importation de lignées de cellules souches embryonnaires humaines ont été délivrées. L’Agence prévoit que «l’année 2015 sera une étape importante, car beaucoup de chercheurs dont le protocole a été autorisé en 2005 et renouvelé une première fois en 2010 solliciteront un second renouvellement. » Ces équipes ont « en ligne de mire, un essai clinique chez l’homme d’ici un ou deux ans ».

 

Les « chantiers prioritaires » à venir pour l’Agence sont déjà bien arrêtés : « mise en œuvre des dispositions de la loi de modernisation de notre système de santé une fois votée », développement du « don de gamètes pour mieux répondre aux besoins et faire progresser les pratiques d’AMP », « suivi des protocoles de recherche sur les cellules souches embryonnaires et l’embryon humains » dans un souci d’« éthique » , et d’« exploitation du registre des tentatives de FIV » pour « analyser finement l’activité des centres d’AMP et connaître l’état de santé à la naissance des enfants issus de FIV ».