Le diagnostic préimplantatoire autorisé en Suisse



En juin 2015, les Suisses avaient déjà accepté à 61,9% de modifier la constitution encadrant les conditions du diagnostic préimplantatoire (cf. En Suisse, des vidéos pour comprendre les enjeux du DPI ).

 

Hier, à 62,4%, ils ont accepté la révision de la loi, qui visait surtout à modifier la loi sur la procréation médicalement assistée (cf. Les Suisses en passe d’autoriser le DPI). Le projet visait également à «éviter le tourisme du diagnostic préimplantatoire, les couples se tournant actuellement vers le pays européens plus libéraux ».

 

« La votation sur le diagnostic préimplantatoire (DPI) a aiguisé la prise de conscience des habitants du pays autour de cette problématique, et a accru leurs connaissances ». Cet évènement, qui a suscité chez le peuple suisse un fort intérêt pour la question, montre une certaine évolution sur le sujet. En effet, les régions suisses romanes se sont majoritairement prononcées en faveur de ce projet, 3 cantons seulement l’ont refusé ; alors que l’an dernier, six cantons s’étaient opposés au projet.

 

Les opposants au DPI restent tout de même optimistes « nous ne sommes pas satisfaits du résultat mais contents du débats ». Ils redoutent certaines dérives au projet de loi, notamment sur la « sélection d’embryons pour influencer sur le sexe ou autres caractéristiques ».

 

Pour aller plus loin :

« Le DPI ne cherche pas à faire reculer le handicap, mais à éliminer les handicapés »

Les Suisses en passe d’autoriser le DPI

En Suisse, des vidéos pour comprendre les enjeux du DPI

Suisse : Des organisations de personnes handicapées unies contre le DPI


Sources: 

www.24heures.ch (05/06/2016)