Le pape François dénonce l'euthanasie qui repose sur une "vision utilitariste de la personne"



Le pape François, lors de l’audience accordée aux médecins membres d'une association italienne d'oncologie ce lundi 2 septembre, a dénoncé « la pratique de l'euthanasie, devenue légale déjà dans différents Etats ». « Elle propose seulement en apparence d'encourager la liberté personnelle, alors qu'elle se base en réalité sur une vision utilitariste de la personne laquelle devient inutile ou peut être assimilée à un coût », « souvent même à un déchet», a commenté le Pape.

 

Il a affirmé que la technologie devait se mettre au service des personnes, expliquant qu’elle « n'est pas un service à l'Homme quand elle le réduit à une chose, quand elle distingue entre qui mérite d'être encore soigné et qui au contraire ne le mérite pas, parce qu'il est considéré seulement comme un poids ». Il a insisté sur l’importance de l'accompagnement du malade, notamment dans les soins palliatifs pour contribuer « à créer une culture et des pratiques plus attentives à la valeur de chaque personne ».

 

Le Saint Père a également abordé le thème de la prévention et de la sensibilisation concernant les cancers[1] : la meilleure prévention est « celle d’un environnement sain et d’un style de vie respectueux du corps humain et de ses lois ». 

 

Le pape a demandé aux médecins présents de ne pas se décourager « devant l’incompréhension » qu’ils peuvent « rencontrer, ou devant la proposition insistante de voies plus radicales et expéditives ». « Si on choisit la mort, les problèmes sont résolus dans un certain sens, mais combien d'amertume derrière ce raisonnement et quels rejets de l'espérance comporte le choix de renoncer à tout et de couper tous les liens », a-t-il expliqué.



[1] L’oncologie étant spécialisée dans le diagnostic et le traitement des cancers.

 


Sources: 

AFP (03/09/2019) - Le pape critique l'euthanasie, "vision utilitariste de la personne"

Vatican News (03/09/2019) - Le Pape dénonce l’euthanasie, fondée «sur une vision utilitariste de la personne»